Jane Yellowrock, tome 1 : Tueuse de vampires

Fiche Technique

Titre VO: Skinwalker

Auteur: Faith Hunter

Traducteur: Camilla Drouet

Editeur: Panini Books

Collection: Crimson

Genre: bit-lit, fantastique

Parution: 2010

Pages: 465

Prix: 8 €

 

 

Résumé

L'année dernière, Jane a frôlé la mort en anéantissant une famille de vampires sanguinaires qui semaient la terreur parmi la population. Après des mois de convalescence, la voilà de retour, prête à se battre à nouveau. Sauf que cette fois, elle a été engagée par ceux qu'elle a l'habitude de tuer : des vampires.
Jane Yellowrock est la dernière de son espèce : une porteuse de peau de descendance cherokee capable de prendre l'apparence de n'importe quel animal et qui traque les morts-vivants pour gagner sa vie. Elle est recrutée par Katherine Fonteneau, l'une des vampires les plus âgées de toute la Nouvelle-Orléans, mère maquerelle du Katie's Ladies, pour chasser un vampire paria qui s'attaque à ses semblables.
Entre la maison close, pleine de véritables belles de nuit, et un motard Cajun sexy qui arbore une panthère tatouée sur l'épaule et qui réveille son désir, Jane doit rester concentrée pour remplir sa mission... ou la prochaine peau qu'elle devra sauver pourrait bien être la sienne.

 

 

Note

5/5

J'ai beaucoup aimé

J'ai beaucoup aimé

 

 

Chronique

spoilers

  Nouveau livre de bit-lit, de pure bit-lit comme j'aime à l'appeler. Un peu comme Anita Blake, on a une tueuse professionnelle de vampires super stylée qui en jette, qui a un penchant pour les armes à feu, et qui cache au fond d'elle quelque chose de magique, une créature fantastique. J'ai plongé direct dans l'histoire, tête la première (j'ai même eu l'impression d'arriver en plein milieu de l'histoire!) et je n'ai pas été déçue. Une très bonne découverte, une lecture passionnante et fascinante.

La plume de l'auteur est très spéciale: on a des phrases longues et beaucoup d'autres courtes "un mot point un autre mot point phrase". Je trouve que cela a plus d'impact. Son écriture si particulière me plaît beaucoup, l'auteur est aussi avare de descriptions et cette fois-ci, les descriptions en grand nombre ne m'ont pas ennuyé du tout. Au contraire, cela donne un réalisme inouï, j'avais l'impression de me représenter les lieux, les personnages, l'histoire en elle-même dans les moindres détails. Elle se déroulait sous mes yeux comme un film et c'est ce que j'apprécie lorsque je lis un livre.

Jane Yellowrock est d'origine Cherokee (j'adore tout ce qui touche aux Amérindiens au passage) et n'est pas humaine. D'ailleurs, énormément de personnages lui posent sans arrêt la même question: "qu'êtes-vous?". C'est une change-peau ou métamorphe si vous préférez. La dernière de son espèce d'après elle. Elle peut se changer en n'importe quel animal, bien que ce soit compliqué (même s'il y a des variantes à considérer: l'adaptation à une situation donnée, la taille, le poids, nourrir l'animal, le petit rituel d'avant la transformation etc...) mais elle préfère les gros spécimens, d'à peu près son acabit, sa principale forme (la forme primaire de la Bête) est celle d'un cougar femelle. Une bête vit en elle. LA Bête. Une entité bien distincte, intelligente et redoutable. Elles cohabitent l'une avec l'autre (pas le choix), communiquent entre elles, un partenariat qui n'est pas toujours très facile car il y a du ressentiment, une part de haine que la Bête éprouve pour Jane, l'accusant de l'avoir fait prisonnière, de l'avoir arrachée à sa vie d'animal sauvage. Chacune a sa propre conscience, ses propres désirs. On a alors une alternance de point du vue entre Jane et la Bête: le jour est réservé à Jane et la Bête prend le dessus la nuit, c'est alors plus vivant: on voit à travers ses yeux, on se mouve comme elle, on sent et on interprète toute une panoplie de fragrances différentes.

Cette fois-ci, Jane va bosser pour les vampires et partir sur les traces d'un vampire paria qui ne laisse que des cadavres derrière lui, rencontrant au passage des personnages qui auront de l'importance au fil de l'histoire et sûrement dans les prochains tomes (j'aime bien lorsqu'elle leur donne des petits surnoms, si bien qu'on en oublie leur véritable nom: Gros Bras, Rick Lafleur...) Le lieu: la Nouvelle-Orléans! J'ai été un peu déçue de ne pas avoir retrouvé l'ambiance et le charme de cette ville de rêve, c'est le petit bémol. Ah non! J'ai également remarqué pas mal d'incohérences: l'héroïne planque des tas d'objets (armes comme des crucifix...), donc de taille respectable dans des endroits... comment dire?... inattendus (sous la lanière qui retient ses cheveux tressés, dans sa culotte!...) c'est très bizarre, enfin bref. J'oubliais... pas de sexe pour l'héroïne dans ce premier tome, j'en suis soulagée, surtout que pour l'instant, ça n'apporterait rien à l'histoire (Anita Blake, par exemple, n'est passée à l'acte qu'à partir du tome 6, c'est dire!)

Jane a un passé troublant et des bribes de souvenirs qui ne font surface que par petites vagues. Justement, j'aimerais en savoir un peu plus sur elle, sur ce qui l'a motivé à chasser et tuer les vampires; en apprendre plus sur Molly, sa meilleure amie sorcière mais je crois que ça ne saurait tarder si j'en juge par la toute fin du livre. La fin, justement, est surprenante, superbement faite et la nouvelle mission de Jane, toujours à la Nouvelle-Orléans risque d'être encore une fois excellente. Nouveaux contacts, nouveaux alliés, nouveaux amis et... nouveaux ennemis dont il aurait mieux fallu ne pas se mettre à dos... Décidément, la vie de Jane ne sera jamais de tout repos!

 

 

Première phrase

"Je  braquai  le guidon  de  ma  moto,  tournai  sur  Decatur  Street  puis baissai  les  gaz  en  m'aventurant  plus  profondément  dans  le  Quartier français,  accompagnée  du  ronronnement  du  moteur. "

 

 

 

Du même monde

Romans:

(Saga en cours)

1. Tueuse de vampires (2010)

2. La Croix de Sang (2011)

3. La Lame de Miséricorde (2011)

4. La Malédiction du Corbeau (2014)

 

 

 

Challenges

Challenge 2014, Les 400 points

Challenge 2014, Les 26 livres