Niourk, tome 1 : L'enfant noir

Fiche Technique

 Auteur: Olivier Vatine

Lettrage: Moscow Eye & Camille Boyer

Conception graphique: Franck Debernardi

Editeur: Ankama

Genre: BD, science-fiction

Parution: 2012

Pages: 48

Prix: 13,90 €

 

Résumé

Sur une Terre post-apocalyptique où l'Humanité a régressé au stade primitif après une catastrophe nucléaire ayant asséché les océans et donné naissance à des chimères mutantes, quelques tribus survivent à l'état sauvage. Parmi elles, la horde de Thoz, où vit l'enfant noir, rejeté par les siens. Lorsque le vieux sorcier de la tribu le condamne à mort, l'enfant noir se met en marche pour Niourk, la ville des dieux, où ne subsistent que ruines et étranges mécanismes, vestiges de la civilisation du XXe siècle.
Poulpes mutants, mégalopole fantôme et androïdes vénusiens : redécouvrez le plus grand succès de l’auteur culte Stefan Wul, un classique de la science-fiction remis à neuf par un maître du genre : Olivier Vatine.

 

Note

3/5

c'était sympa1

C'était sympa

 

Chronique

spoilers

 Cette BD m'a été recommandé par mon oncle, grand amateur de BD et j'ai bien fait de suivre son conseil car elle est toute particulière et intéressante.

# Spoilers [Une catastrophe provoquée par les hommes a eu lieu, ils ont largué dans les océans des produits radioactifs, ce qui a entraîné la régression des mers et océans, l’appauvrissement des ressources de la Terre et l'Humanité en est revenue à son état primitif.
Nous sommes donc bien des années plus tard, dans une tribu qui vit comme nos ancêtres d'autrefois (de la Préhistoire). On apprend que la chasse est rude, le climat aussi (très changeant), on en vient à demander la grâce des dieux pour une vie meilleure et une nourriture plus abondante. Un enfant est continuellement rejeté par cette tribu car il a la peau noire, un petit débrouillard qui se forge seul, se débrouille seul, vivant dans l'ombre du clan. Lorsque l'espèce de shaman ne revint pas de son pèlerinage vers la "ville des dieux", le garçon décida d'y aller. Au sommet de la montagne des dieux, la vérité est toute autre: des vestiges d'anciennes civilisations (notre civilisation actuelle). Il retrouve le vieux sorcier mort de froid, qui ne venait pas là pour implorer les dieux mais pour boire ses réserves d'alcool. L'enfant découvre un tout nouveau monde, sans le comprendre réellement, l'adaptant à ses connaissances primitives/brutes. Il va alors comprendre que l'homme est bel et bien mort et que s'il veut pouvoir retourner au village sans être à nouveau rejeté, il doit devenir comme le vieux, prendre sa place et pour cela il devra prendre sa force et son savoir en mangeant son cerveau et en gardant une vertèbre pour le chapelet. Il fut persuadé d'être aimé des dieux, aidé par eux car l'arme qu'il trouva (une espèce de laser) le défendit d'un jaguar affamé. Alors qu'il se remettait en route, un violent incendie ravageait tout sur son passage et le chef du clan, Thôz fit tout pour survivre. Mais lorsqu'il revint chez lui, plus rien ne subsistait. L'enfant arriva quelques jours plus tard pour constater la même chose et il suivit les traces de Thôz (qui avait déjà retrouvé les siens, réfugiés dans les montagnes). Ces derniers se remirent en marche pour trouver un nouvel abri et un nouveau terrain de chasse. Une créature marine a été contaminée par la radioactivité et est capable d'aller sur terre. Un prédateur redoutable, transformé, une erreur de la nature, une modification génétique. Et les chasseurs de la tribu s'en prirent à elle pour s'arroger son territoire de chasse où le gibier abondait. L'enfant noir qui les suivait à la trace fit la rencontre d'un ours qu'il blessa à la patte avec son arme, mais il ne put se résoudre à le tuer, à l'abandonner à son sort. Il s'occupa de lui, le soigna avec ses connaissances. L'animal et lui finirent par devenir amis et inséparables, ils prirent donc la route ensemble alors que la tribu s'était trouvée un nouveau nid et se nourrissait de la chair du monstre abattu. Ils constatèrent alors que leur ventre se mit étrangement à luire, que leurs forces étaient décuplées. Mais ils furent attaqués par d'autres monstres (des espèces de poulpes géants) venus venger l'un des leurs.] Spoilers #


On a les pensées du garçon, ses réflexions quant à ses actions, à ce qu'il voit, à ce qu'il comprend et c'est très particulier. Il est vraiment hors norme en fait. On découvre certaines choses, on les redécouvre, on les aborde d'une autre façon par le biais du garçon.

Le graphisme est vraiment très agréable, bien exécuté avec des couleurs parfaitement adaptées à l'histoire.

C'est vraiment toute une aventure, une épopée pleine de surprises où un garçon différent des autres devient une espèce de héros, un guide. Une BD vraiment toute belle avec plein de messages cachés ou non, qui parlent de sujets qui sont malheureusement toujours d'actualités comme le racisme ou les catastrophes écologiques, avec un mélange détonnant de fantastique, d'histoire et de science-fiction.

C'est une BD qui fait réfléchir et c'est sûr que je lirai la suite, vraiment curieuse de voir ce que me réserve l'auteur.

 

Du même monde

Roman

Niourk de Stefan Wul

 

BD

3 tomes (saga terminée)

 

Extraits

"Plusieurs fois déjà je m'étais enfui, mais les dangers de la brousse m'avaient toujours contraint à revenir vers la sécurité du grand feu. Je préférais la haine des hommes aux meutes de chiens sauvages, aux mâchoires des crocodiles... aux tentacules des monstres."

 

barre_separation

 

Quand je reviendrais dans quatre jours, l'enfant noir mourra.
Le vieux m'avait toujours haï sans que je sache pourquoi, et la tribu adoptait la haine du vieux tout puissant.
Le vieux pense que l'enfant noir est la cause des malheurs de la tribu.

 

20121025202948_t1

Olivier-Vatine-Niourk-Tome-1-Lenfant-Noir-planche-BD-600x803