Sillage, tome 4, Le signe des démons

 – C'est vraiment le profit qui s'est substitué à la morale... Les gouvernants ne considèrent plus les vies que comme des marchandises négociables et les génocides comme de simples compressions de personnel.
– Poukram ! On ne peut pas laisser continuer toutes ces magouilles meurtrières !

 

barre_separation

 

Snivel: Hem! Il ne t'entend pas, tu sais. Il est bel et bien décédé, je m'en suis assuré!
Nävis: Je sais, c'est à son âme que je m'adresse. Elle ne subsistera dans la paix que si elle sait que nous l'avons tué non pas par plaisir ou envie, mais uniquement pour nous nourrir. Nous autres, les "êtres humains" sommes très respectueux de la vie d'autrui... nous ne tuons que lorsque c'est absolument nécessaire!
Snivel: Tu m'as l'air bien sûre de toi, je ne savais pas que tu avais papoté avec des "êtres humains" dernièrement.
Nävis: Je le sais! Je le sens, c'est tout!

 

barre_separation

 

Nävis: Vous réussissez à affronter son regard en sachant que vous lui racontez bobard sur bobard?! Répondez-moi franchement, Béampte!
Béampte: C'est pour son bien... Elle ne comprendrait pas la réalité.
Nävis: On dit toujours ça. C'est un bon moyen de justifier ses défaites quotidiennes.

 

barre_separation

 

...: Soyez prudente! Les Escotes ne sont guère commodes!!
Nävis: Ne vous en faites pas pour moi!! Les ennuis... c'est mon métier!