Barracuda, tome 1, Esclaves

Fiche Technique

Auteurs: Jean Dufaux & Jérémy

Editeur: Dargaud

Genre: BD, aventure

Parution: 2010

Pages: 52

Prix: 1€ (48h BD)

 

Résumé

  À bord du Barracuda, les hommes de Blackdog affûtent lames et grappins en vue d'un abordage juteux ! La routine pour Raffy, le fils de Blackdog, qui a déjà fait couler beaucoup de sang pour son jeune âge. Pour Emilio et Maria, jeunes nobles espagnols, le choc est plus brutal. Vendus comme esclaves à Puerto Blanco, ils se font en outre dérober la carte qui mène au diamant du Kashar, le plus gros du monde, connu pour n'avoir jamais entraîné que mort et désolation dans son sillage ! Il en faut plus pour décourager les pirates du Barracuda, qui savent que butin rime souvent avec destin...
« Pas de pitié ! Pour personne... jamais ! » La maxime de Raffy résume parfaitement cet univers où l'on paye souvent la liberté de sa vie. Jean Dufaux et Jérémy y ont trouvé le contexte idéal pour cette nouvelle série, fresque sanglante articulée autour des destins croisés de ces trois adolescents.

 

Première phrase

"On écrit pour saluer le gamin, l'enfant, l'adolescent qu'on laisse derrière soi _ sans possibilité de retour."

 

Note

3/5

c'était sympa

C'était sympa

 

Chronique

spoilers

  Barracuda est une BD que j'ai pu découvrir grâce aux 48h de la BD 2016 et que j'ai lu en lecture commune avec ma grande copine Arcaalea du blog "Éphémère".
Avec cette histoire, cette BD, Jean Dufaux a clairement voulu se rapprocher de la réalité, de la vérité tout en restant dans la fiction bien sûr. Et dans la préface, on sent bien qu'il voue une certaine admiration au célèbre capitaine Flynn (qui apparaît d'ailleurs dans son œuvre) et qu'il est aussi friand de livres sur les pirates comme L'Île aux trésors. Je suis d'ailleurs comme lui, l'univers de la piraterie m'a toujours fasciné. En effet, je suis une grande fan de la saga cinématographique "Pirates des Caraïbes" et du jeu vidéo Assassin's Creed Black Flag, sans compter que j'ai également lu quelques livres sur les pirates (même si je trouve qu'il n'y en a pas assez ou alors il faut bien chercher, je vais me renseigner, tiens!) et que je compte bien regarder un jour Black Sails dont un ami ne me dit que du bien!

#Spoilers [Nous sommes directement plongés dans l'histoire. On se retrouve en plein cœur d'un abordage. Un vaisseau espagnol est pris à parti par un bateau pirate "Le Barracuda" (d'où le titre), dirigé par le capitaine Blackdog. Sur le vaisseau marchand, un jeune homme blond, Emilio, est forcé de se travestir et sur le vaisseau pirate, un autre garçon se distingue, Raffy, le fils du capitaine notamment par le fait qu'il veut affronter le seigneur De La Loya (qui sera relâché en pleine mer avec peu de vivres), bien qu'il ne gagne pas bien au contraire. Et en ce temps-là, l'honneur et la fierté sont important et même la mort vaut mieux que la pitié. "Pas de pitié. Pour personne. Jamais."
Les pirates font main basse sur tout ce qu'ils peuvent et enlèvent les trois femmes à bord (une adulte et sa fille, et Emilio en fille) et le moine Ricardo. Les pirates vont aussi être très intéressés par une carte au trésor (évidemment!) qui mènerait au Diamant du Kashar.
Le Barracuda vient à mouiller à Puerto Blanco, l'île des pirates. La madone de La Loya est tombée grièvement malade au cours de la traversée mais peu importe puisque les femmes vont être exhibées pour être vendues comme esclaves. Et vue la qualité de la "marchandise", plusieurs personnes ou organisations viennent en masse, intéressés, chacun pour des raisons différentes. Pendant ce temps-là, le capitaine Blackdog se fait discret au vu de ce qu'il prépare, et reste donc à bord de son navire et reçoit la visite d'une espèce de vieille sorcière vaudou qui va lui donner les augures.
Les enchères vont bon train, c'est quasiment l'anarchie avec des cris, des violences, on s'en prend aux femmes dévoilant leur nudité. Un ordre religieux, qui œuvre avec la gouverneure de l'île, arrive à racheter la mère (qui mourra vers la fin du tome, succombant à sa maladie) mais pas sa fille, Maria, pleine de haine et d'assurance qui est achetée par celui qui organise ces enchères. Vient le tour d'Emilio dont la couverture risque d'être découverte à tout moment, et les prix s'enflamment! Il va être acheté par un homme qui a surenchéri sans laisser une chance aux autres, un homme au physique atypique dans cet univers, pas déplaisant du tout et ce n'est autre que... le capitaine Flynn! Ce dernier va le ramener chez lui mais sans surprise, Emilio va tenter une fuite en pleine nuit, mais c'est beaucoup plus dangereux qu'en journée et il fait de mauvaises rencontres tout autant animales qu'humaines! Ayant eu terriblement peur, il s'en est retourné vers celui qui ne semblait pas lui vouloir du mal. Je me doutais bien que Flynn avait deviné qu'il n'avait pas affaire à une jeune fille mais à un garçon, il va le découvrir par lui-même en allant le voir dans sa chambre mais cela ne semble pas le déranger. De son côté, Maria vit l'enfer chez son nouveau maître, tentant de ne pas se laisser faire mais ce dernier compte bien la mater et ce même en la faisant fouetter par des indigènes qui ont la haine des "Blancs". L'ordre religieux, aidé par le moine qui servait la famille, tentent d'aller lui porter secours mais tout ne va pas se passer comme prévu car le jeune Raffy va essayer de contrecarrer leur plan. Malheureusement, ce dernier va être grièvement blessé par une Maria abandonnée à son sort qui aura tiré pour se protéger, et le moine va être tué.
Le Barracuda fait voile, laissant un Raffy amer derrière qui a très envie de se venger de celle qui a failli le tuer; Maria accepte de se soumettre en partie du moins à son maître avec la promesse de le tuer un jour et Emilio n'a plus besoin de se cacher avec Flynn même s'il compte bien utiliser son déguisement par la suite.] Spoilers#

L'ambiance est juste dingue. Jean Dufaux et Jérémy ont vraiment fais en sorte qu'on se retrouve plongé en plein Âge d'Or de la Piraterie de façon réaliste. On retrouve bien sûr tous les codes connus: le bandeau qui cache l’œil, les cartes aux trésors, les navires, les drapeaux etc... Mais rien ne nous est épargné de par le fait que ce n'était absolument pas tout rose en ce temps-là. Comptez les conditions de vie extrêmes, les tueries, les viols, l'hygiène qui laisse à désirer, le trafic d'esclaves, la haine des autochtones, les violences, les paroles crues etc... C'est vraiment fidèle à ce que je me représentais dans ma tête, à l'image que je me faisais de la piraterie.

On a le point de vue du jeune Emilio en aparté, lui qui fut obligé de faire croire qu'il était une fille du nom d'Emilia pour survivre. Car c'est un monde d'hommes où il n'est clairement pas bon d'être une femme, et d'ailleurs le vent de la révolte n'a pas arrêté de résonner en moi tout du long.

Les personnages sont extrêmement intéressants à suivre, comme Emilio, Maria et Raffy, tout comme le mystérieux Flynn. Des personnages très charismatiques dont les vies et intrigues vont se croiser.

Un graphisme magnifique, très pointu, très minutieux et détaillé. Les couleurs choisies sont parfaites, à la fois sombres et lumineuses tout en gardant un certain équilibre. C'est une BD très sombre, très noire mais il fallait s'y attendre avec un tel univers et c'est d'autant plus prenant.

Je suis curieuse de connaître la suite, de voir où cela va me mener et comment vont évoluer nos trois jeunes gens Raffy, Maria et Emilio. Leurs aventures ne font que commencer!

 

Du même monde

BD: 5 tomes (saga en cours)

 

Extraits

9782505009719_p_2_1

barracuda,-tome-1---esclaves-370676