Chevaux de foudre

Fiche Technique

Auteur: Aurélie Wellenstein

Editeur: Magnard Jeunesse

Genre: littérature jeunesse, fantastique

Parution: 2015

Pages: 224

Prix: 12,90 €

 

Résumé

Une aventure haletante, dans le monde des courses de la Rome antique ! Alix a tout perdu. Son père, sa terre, et même son nom. Devenue esclave à Rome, elle est précipitée dans le monde des courses du Déluge. Ces compétitions violentes et sans pitié voient s'affronter les fulgurs, des chevaux de foudre dont le corps s'électrise quand l'orage éclate.

Monter sur leur dos, c'est mettre sa vie en jeu, mais la liberté couronne les vainqueurs. Aidée par Marcus, le prodige de son équipe, Alix va lier son destin à Ira, un étalon indomptable, aussi beau que mortel...

 

Première phrase

"L'orage surprit Alix et son père au plus mauvais moment, alors que tous deux cheminaient au pas sur la plaine foudroyée."

 

Note

4/5

J'ai beaucoup aimé3

J'ai beaucoup aimé

 

Chronique

spoilers

  Je remercie Babelio et les Éditions Magnard Jeunesse pour cette belle lecture. Depuis toute petite, j'aime les chevaux et tout ce qui touche à eux. Je ne suis plus aussi passionnée qu'avant certes, mais il n'empêche que ça m'a fait du bien de lire un roman original sur eux, l'occasion de me remémorer de bons souvenirs.

#Spoilers
[Alix, 14 ans (ayant survécu très jeune à un fulgur qui l'aura foudroyée), vivait tranquillement avec son père de la terre. Ils travaillaient durs pour survivre et les dangers étaient grands sur la route: les orages qui pouvaient vous foudroyer à tout instant mais aussi des Romains!
Mais après avoir réchappé à un violent orage, elle est témoin d'une scène terrible où des fulgurs déchaînés sont capturés par des Romains et où son père est tué! Alix va alors devenir esclave, tout comme Ira, un fulgur noir sauvage, et les prisonniers vont être emmenés à Rome, un tout autre univers où la population ne craint pas les orages.
La haine, la soif de vengeance hurlent en elle alors qu'elle devient prisonnière, une esclave de la faction Rouge, un groupe composé de cavaliers, de palefreniers, d'esclaves qui œuvrent afin de gagner les grands jeux du Déluge, une compétition que les Romains organisent pour narguer Mère Nature et ses orages.
Et Alix va faire la connaissance de Marcus, un jeune homme un peu plus âgé qu'elle, très prometteur, la pépite d'or de la faction, qui aime les fulgurs autant qu'il aime concourir. Un véritable soutien pour la jeune fille qui va vivre à la dure, dans un monde d'hommes, où elle devra rester forte aussi bien physiquement que moralement malgré les humiliations et les coups reçus. Marcus lui redonnera espoir avec ses idéaux de liberté et le réconfort de la jeune fille se fera aussi par le biais d'Ira, l'étalon avec qui elle nouera un lien très puissant, un lien d'amitié basé sur la confiance.
Et ces trois personnages vont montrer tout ce dont ils sont capables lors des courses, montrer qu'on ne peut leur arracher leurs ailes, que la liberté et l'amour sont l'une des plus belles choses en ce monde et qu'ils sont prêts à changer les mentalités!]

Les personnages sont vraiment attachants. J'ai adoré suivre Alix tout au long de ce roman, son évolution: d'une fille remplie de colère, de douleur, assoiffée de vengeance, on passe à une jeune fille forte, qui retrouve espoir, qui découvre l'amour et l'amitié, qui arrive à voir les belles choses qui importent dans un univers cruel et brutal. J'ai très souvent eu de la pitié pour elle, à cause de ce qu'on lui faisait subir tous les jours mais j'étais d'autant plus admirative devant son courage, sa volonté de fer, le fait qu'elle se relevait à chaque fois. Sa relation avec Ira est forte, pleine d'amour et de confiance au fil du temps, auréolée par des hauts et des bas qui les ont forgé tous les deux. Marcus est vraiment le garçon sur lequel on peut compter, le garçon "parfait'', fort, gentil, protecteur. Alix a eu de la chance d'avoir croisé son chemin, surtout qu'ils avaient plus de points communs qu'elle ne l'avait imaginé.

L'orage est un phénomène naturel qui me fait beaucoup peur, je l'avoue... enfin, c'est surtout le tonnerre qui m'inquiète surtout (Ces grondements sourds... brrr). Enfin bref, juste pour dire que l'ambiance est vraiment toute particulière, surchargée... j'ai vraiment été imprégnée par les descriptions de l'auteure lorsqu'elle parle d'électricité, d'orages, de foudre, de tonnerre...

La touche fantastique est donc par rapport aux chevaux, aux fulgurs, des chevaux extraordinaires qui possèdent une espèce de halo bleuté crépitant autour du cou et les éclairs proviennent de l'ensemble de leur corps, de la tête jusqu'à la queue, d'où le terme de chevaux de foudre. Des chevaux, plus ou moins (Ira fait presque exception à la règle) maîtrisés grâce à des colliers de Faraday (une idée vraiment bien trouvée) et destinés à être utilisés pour des courses, sport mortel qu'affectionnent tout particulièrement les Romains.

La touche historique est dû au fait que nous sommes en compagnie des Romains, à Rome, avec les arènes, les courses, toute cette ambiance antique qui va avec et qui a été décrite avec brio, on s'y croirait vraiment.

Il y a aussi une romance, petite et très agréable dans ce monde de brutes. Elle ne prend pas le pas sur toute l'histoire et c'est ça qui est bien. C'est juste ce qu'il faut. Et puis... Alix et Marcus étaient faits l'un pour l'autre, c'était évident depuis le début. Leur histoire est vraiment toute mignonne et mouvementée.

Pour le sport, nous sommes en plein milieu des courses de chevaux, dans un hippodrome romain qui n'est autre que le Circus Maximus. Dans cet hippodrome se déroule les grands jeux du Déluge. Et cet hippodrome est très différent des normaux, puisqu'il est adapté aux courses de fulgurs avec des éléments chargés de capter les éclairs (un obélisque, une piste spéciale électrifiée...).

Certaines choses sont assez choquantes dans l'histoire. Notamment ce qu'il se passe pendant les courses et sur ce que vit au quotidien Alix et Ira. Alix est très souvent humiliée et même frappée, le cheval est maltraité afin d'être dompté et canalisé et les courses sont absolument mortelles autant pour les humains que pour les chevaux. Et c'est là que je comprends que c'est de la littérature jeunesse, mais plus Young-adult. Le roman a donc un côté assez dur, ce qui m'a surprise au premier abord mais qui était nécessaire pour que l'histoire soit la plus "réelle" possible.

Par contre, pour la fin, j'ai des petits doutes. Elle reste ouverte alors est-ce qu'il y aura une suite ou faut-il s'en tenir à l'imaginer soi-même? S'il n'y en a pas, ce n'est pas un soucis parce que je trouve que le roman se suffit à lui-même mais si jamais, il devait y avoir une suite, je la lirais avec grand plaisir!

Le style d'écriture est agréable, les descriptions sont parfaites, c'est fluide et le livre se lit d'une traite tellement il est court (220 pages).

Ce fut donc une excellente lecture, un bon divertissant, un livre original que j'ai eu du mal à lâcher tellement c'était addictif. Univers fantastique, sportif et équin, ambiance romaine et romance... tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce roman un mélange détonnant!

 

masse-critique-babelio