sorceleur

informations

Titre original: Ostatnie Zyczenie

Auteur: Andrzej Sapkowsky

Traducteur: Laurent Dyèvre

Editeur: Milady

Genre: fantasy, aventure

Parution: 2011

Pages: 382

Prix: 7,10€

 

résumé

Geralt de Riv est un personnage étrange, une bizarrerie de la nature, un mutant qui, grâce à la magie et à un long entraînement, mais aussi grâce à un mystérieux élixir, est devenu un meurtrier parfait. Ses cheveux blancs, ses yeux nyctalopes et son manteau noir effrayent et fascinent. Il parcourt des contrées pittoresques en gagnant sa vie comme chasseur de monstres. En ces temps obscurs, ogres, goules et vampires pullulent, et les magiciens sont des manipulateurs experts. Contre ces menaces, il faut un tueur à gages à la hauteur. Car Geralt est plus qu'un guerrier ou un mage. C'est un Sorceleur. Il est unique.Au cours de ses aventures, il rencontrera une autoritaire mais généreuse prêtresse, un troubadour paillard au grand cœur, et une magicienne capricieuse aux charmes vénéneux. Amis d un jour, amours dune nuit. Mais au bout de sa quête, peut-être pourra-t-il prononcer son dernier vœu : retrouver son humanité perdue...

 

note

5/5

Coup de coeur3

Coup de coeur

 

chronique

  The Witcher. Une saga que je ne connaissais que de nom. Je ne m'étais jamais intéressée à cette saga au franc succès. Alors pourquoi maintenant? Pourquoi m'y suis-je soudainement intéressée? Tout simplement à cause de Netflix et de la diffusion d'une adaptation en série télévisée, d'une première saison. J'avoue que j'ai eu un peu de mal à comprendre certaines choses, surtout au niveau de la chronologie mais après un second visionnage salvateur, ça a élé le vrai coup de cœur. J'étais plus que conquise, à l'aise avec l'univers et les personnages. Je me suis donc empressée de me lancer dans les romans.

Le premier roman et la série ne sont pas vraiment comparables puisque dans la série, on suit une multitude de personnages, dans plusieurs lieux, à des dates différentes alors que dans le roman, on se concentre surtout sur Geralt. On découvre par exemple des aspects de la vie, notamment de la jeunesse de Yennefer dans la série, on suit la fuite de la princesse Ciri dans la série, mais pas dans le premier tome. La chronologie entre les deux est différente et fait notable: Geralt est beaucoup plus bavard dans les romans que dans la série!

Nous avons là un système de chroniques, de nouvelles dans ce premier tome et à chaque fois que je lisais un chapitre, je faisais aussitôt le parallèle avec un épisode de la série même s'il y avait pas mal de différences. Les grandes lignes sont gardées par ailleurs. Par exemple, Jaskier est bien présent au banquet de fiançailles de la princesse Pavetta de Cintra dans la série mais il est absent à cet événement dans le roman. J'ai aussi aimé les allusions/références aux contes (Blanche-Neige, Cendrillon, Raiponce...).

Il faut s'habituer au vocabulaire propre à l'univers, au style d'écriture, au langage assez familier qui pour le coup fait très langage du Moyen-Âge, aux très nombreuses descriptions. L'ambiance est vraiment toute particulière et l'univers extrêmement riche!

J'aurais aimé une petite carte pour mieux situer les personnages, les lieux, les événements. Un bestiaire des créatures n'aurait pas été de refus non plus. Mais sinon, c'est parfait!

En bref, c'est un coup de cœur! Je ne sais pas pourquoi j'ai mis autant de temps avant de me lancer dans cette saga! Mais il me reste tant à faire, à découvrir! Actuellement, je continue  mon avancée dans les romans et assez récemment, j'ai pu acquérir le jeu vidéo The Witcher 3 sur Playstation 4 et c'est un véritable régal! Les trois formats (série, romans, jeu vidéo) se complètement parfaitement bien! Je suis désormais fan!

 

du même monde

Romans/recueil de nouvelles

 

Jeux vidéos

1. The Witcher (2007)

2. The Witcher 2 : Assassins of Kings (2011)

3. The Witcher 3 : Wild Hunt

 

Série

The Wicther - saison 1 (10 épisodes)

 

extraits

Les gens […] aiment bien inventer des monstres et des monstruosités. Ça leur donne l'impression d'être moins monstrueux eux-mêmes. Quand ils boivent comme des trous, qu'ils escroquent les gens, les volent, qu'ils cognent leurs femmes à coups de rênes, laissent crever de faim la vieille grand-mère, qu'ils assènent un coup de hache à un renard pris dans un panneau ou criblent de flèches la dernière licorne qui subsiste sur terre, ils aiment se dire que la Moire qui entre dans les chaumières au point du jour est plus monstrueuse qu'eux. Alors ils se sentent le cœur plus léger. Et ils ont moins de mal à vivre.

 

Je me débrouille, dit le sorceleur en le regardant droit dans les yeux. Je me débrouille à peu près. Parce qu'il le faut. Parce que je n'ai pas le choix. Parce que j'ai vaincu en moi l'orgueil et la fierté de ma différence; parce que l'ai compris que l'orgueil et la fierté, même si c'est une arme contre la différence, sont une défense pitoyable. Parce que j'ai compris que le soleil brille autrement. Parce que les choses changent et que ce n'est pas moi le pivot de ces changements. Le soleil brille autrement et continuera à briller, il ne sert à rien de chercher à le décrocher, comme la lune. Il faut accepter la vérité, l'elfe, c'est une chose qu'il faut apprendre à faire.