couv53739963

informations

Titre original : Kusuriya no Hitorigoto

Mangakas : Natsu Hyuga & Itsuki Nanao & Nekokurage

Traductrice : Géraldine Oudin

Editeur : Ki-Oon

Genre littéraire : manga/seinen/historique

Date de sortie : 2021

Nombre de pages : 230

Prix : 7,90 €

 

résumé

Alors que Mao Mao se rend dans le quartier des plaisirs pour profiter de quelques jours de repos bien mérités aux côtés de son père, la voilà de nouveau amenée à enquêter ! En effet, une courtisane et son client ont été retrouvés empoisonnés dans une des maisons closes environnantes... Une affaire que la petite apothicaire parvient à résoudre avec beaucoup de sang-froid.

Mais, de retour au pavillon de Jade, la jeune fille est mandatée par Jinshi pour éclaircir un tout autre mystère : le corps d'une servante de la cour intérieure vient d'être découvert dans les eaux glacées des douves...

 

note

5/5

Coup de coeur3

COUP DE COEUR

 

chronique

SPOILERS

Les Carnets de l'Apothicaire est une saga coup de cœur, que j'apprécie énormément ! Je continue l'aventure doucement mais sûrement en compagnie de Mao Mao et ce quatrième tome m'a plus que comblée !

Une enquête prend une grande place dans ce tome-ci, reliant plusieurs cas notamment comme la tentative d'empoisonnement de la jeune concubine royale Lishu, le départ futur de la plus ancienne des concubines royales Aduo, la disparition de son fils, le suicide d'une dame de compagnie. Tout est lié d'une manière ou d'une autre et ce fut mené d'une main de maître par le biais de Mao Mao qui mène elle-même l'enquête, sur la demande de Jinshi qui l'enjoint à s'infiltrer normalement dans le palais de Grenat de la concubine Aduo pour y découvrir divers indices. Elle en viendra à comprendre que ce qui semblait être un suicide en était bien un, que Lishu et Aduo s'appréciaient comme mère et fille, que la première dame de compagnie d'Aduo qui vénérait sa maîtresse s'en voulait d'avoir causé la mort de son fils il y a de nombreuses années et qui est à l'origine de la tentative d'assassinat de Lishu qui était proche de la vérité malgré elle. Cette affaire dramatique fait que non seulement la coupable doit payer pour ses crimes mais que tout ceux qui ont eu des liens avec elle en pâtissent également, ce qui est le cas de Mao Mao qui se voit prier par Jinshi (bien malgré lui) de quitter le palais. C'est donc un retour brefs aux sources, à la maison close où Mao Mao a pu gagner du temps avec de l'argent pour repousser ce moment fatidique où elle devra se prostituer. En attendant, elle doit accompagner les fines fleurs de la maison close lors d'une fête et son chemin croisera par hasard celui de Jinshi, bien malheureux par son départ et qui se proposera de racheter sa liberté !

Plus que tout, j'ai encore appris sur les mœurs, traditions de l'époque qui sont bien sombres comme le cas des pieds bandés, la pression pour avoir un héritier...; sur les concubines de l'empereur aussi et des rapports des unes aux autres. Ici, c'est plus Aduo qui est mis en lumière, une femme incroyable, qui se démarque des autres de par sa différence et qui quittera la tête haute sa place de première concubine royale. La mangaka joue vraiment entre le côté un peu léger et celui plus dur et sombre de l'histoire et c'est appréciable.

La théorie de Mao Mao sur les origines de Jinshi est complètement dingue ! Mais en même temps, au vu de ses réflexions, des indices, de la ressemblance d'Aduo et de Jinshi, pourquoi pas ? Ce serait incroyable si c'était vrai car cela voudrait dire que Jinshi n'est pas le frère de l'empereur mais son propre fils ! Une fois de plus, j'aime trop les interactions entre Mao Mao et Jinshi. Lorsqu'ils sont ensemble, ils sont si drôles et sincères, eux-même. Et nul doute que Mao Mao est devenue importante pour Jinshi, c'est devenu flagrant. J'aime trop quand il la taquine et la pousse à bout !

Les dessins sont absolument sublimes, de l'ordre du divin ! Tellement beaux, soignés, à l'esthétique agréable. Le graphisme joue un grand rôle dans l'ambiance qui se dégage du manga, les menus détails aussi. Il y a des planches qui valent le coup d’œil et je prends à chaque fois le temps de bien les observer, les savourer...

En bref, je crois bien que ce tome est le meilleur jusqu'ici, celui qui m'a le plus captivé du début à la fin. Et j'espère que les suivants seront du même acabit !

 

Les Carnets de l'Apothicaire, tomes 1 * 2 * 3 *

 

extraits

"Même les plus belles fleurs finissent par faner... Et celles de la cour intérieure ont le devoir de porter des fruits !"

 

"Je ne suis qu'une servante, je sais bien que je ne suis pas en position de lui demander de me garder... je ne dois pas le regarder d'un air suppliant."
_ Je me contente de faire ce qu'on me demande, que ce soit le ménage, la cuisine ou goûter les plats.
"C'est la vérité. Quand on me donne un ordre, je fais tout pour l'exécuter, si j'en ai les moyens. Je ne me plaindrais pas, même si mon salaire baissait un peu. J'ai juste besoin d'un sursis. Pour recruter de nouveaux clients avant qu'on me force à me prostituer. Alors je vous en prie, ne me renvoyez pas !"

 

Jinshi : Qu'est-ce qu'il y a ?
Mao Mao : On ne touche pas aux courtisanes !
Jinshi : Et pourquoi tu es habillée comme ça, d'abord ?
Mao Mao : Je travaille à temps partiel !
Jinshi : Dans une maison close ?
Mao Mao : Tout à fait.
Jinshi : N... ne me dis pas que...
Mao Mao : Ne vous inquiétez pas, je ne reçois pas de client en privé pour le moment !
Jinshi : Comment ça pour le moment ?! Je peux t'acheter, si tu veux !
Mao Mao : Vous plaisantez ?! Hum... ce n'est peut-être pas une si mauvaise idée... ça ne me dérangerait pas de travailler à nouveau à la cour intérieure...