couv70250491

informations

Titre original: Speak

Autrice: Laurie Halse Anderson

Traductrice: Marie Chabin

Editeur: J'ai lu

Genre: contemporain, drame

Parution: 2016

Pages: 314

Prix: 7,60€

 

résumé

Melinda Sordino ne trouve plus les mots. Ou, plus exactement, ils s'étranglent avant d'atteindre ses lèvres. Sa gorge se visse dans l'étau d'un secret, et il ne lui reste que ces pages pour vous parler de ça. S'isolant du reste du monde, elle se voit repoussée progressivement par les autres élèves, ses professeurs, ses amis, et même ses parents. Elle fait l'expérience intime de la plus grande des injustices : devenir une paria parce que ceux dont elle aurait tant besoin pensent que le mal-être, c'est trop compliqué, contagieux, pas fun. Melinda va livrer une longue et courageuse bataille, contre la peur, contre le rejet, contre elle-même et le monstre qui rôde dans les couloirs du lycée.

 

note

4/5

j'ai beaucoup aimé 2

J'ai beaucoup aimé

 

chronique

  Vous parlez de ça a eu une adaptation cinématographique nommé Speak, avec Kristen Stewart dans le rôle titre lorsqu'elle était toute jeune. Je l'avais déjà vu et j'ai donc fait le rapprochement. Récemment, les éditions Rue de Sèvres ont publié un roman graphique du même nom que j'aimerais aussi découvrir. Mais parlons un peu du roman original.

Mélinda est en seconde. Elle est différente, elle ne parle pas beaucoup, même presque jamais. Elle est renfermée sur elle-même, a du mal à se faire des amis, a des difficultés en cours et aussi à la maison avec ses parents. Alors qu'avant, c'était une jeune fille pleine de vie, très bonne élève, avec de nombreuses amies, proche de ses parents mais un soir, lorsqu'elle avait 13 ans, il s'est passé quelque chose. Quelque chose de très grave et qui l'a complétement ravagé. "ça" rôde dans les couleurs du lycée...

L'écriture est assez particulière. Un peu comme un journal intime. Le découpage est différent, chaque chapitre ayant un thème, ayant une ou plusieurs pages. C'est écrit à la première personne, ce qui est un vrai plus avec ce genre de roman. Il est important d'être dans la tête de Mélinda, elle qui a tellement souffert, pour savoir ce qu'elle pense, ce qu'elle ressent, ce qu'elle vit au quotidien. ça se lit assez vite et c'est addictif car on veut connaître le fin mot de l'histoire. Et c'est d'autant plus touchant.

Des sujets très importants se dégagent de ce roman et ils sont et seront toujours d'actualité malheureusement. Ce n'est pas le nœud du problème mais il est aussi question de harcèlement à l'école et de dépression. Par ailleurs, je savais de quoi souffrait Mélinda, ce qui avait bien pu lui arriver pour qu'elle en arrive à ne presque plus parler, à s'isoler, à s'enfermer dans un monde différent, vu que j'ai vu le film. On le devine assez facilement au fil du roman et il y a un chapitre en particulier qui le confirme, qui concerne une certaine personne en lien avec ce qu'elle a vécu.

Ce fut une très bonne lecture. Importante, qui fait réfléchir. Ce genre de choses ne devrait jamais, ô grand jamais arriver! Je ne veux rien spoiler, ne pas trop en dire alors je ne peux que recommander vivement ce roman! Ou  à défaut, de visionner le film ou de découvrir l'histoire par le roman graphique.

 

du même monde

Film

Speak (2004)

 

Roman graphique

Speak

 

extraits

Quand j'étais en Sixième, ma mère m' a acheté tout un tas de bouquins sur la puberté et l' adolescence pour que je puisse me faire une idée de la transformation " merveilleuse" , " naturelle" et "miraculeuse "que j'étais en train de subir. Un tas de conneries, oui.

 

Je sais que j'ai l'esprit en vrac. Je veux partir, déménager, me téléporter dans une autre galaxie. Je veux tout raconter, rejeter la culpabilité, la faute et la colère sur quelqu'un d'autre. Il y a une bête dans mon ventre, je l'entends gratter sous mes côtes. En admettant que je réussisse à me débarrasser du souvenir, cette bête restera avec moi et continuera à me souiller.

 

De quel droit me punissent-ils sous prétexte que je ne parle pas ? Ce n'est pas juste. Que savent-ils de moi ? Que savent-ils de ce qui se passe dans ma tête ? Le tonnerre, des gosses en pleurs, voilà ce qu'il y a. Pris dans une avalanche, tenaillées par l'inquiétude, se tortillant sous le poids du doute,de la culpabilité. De la peur.