9782377353361-001-G

fiche technique

Titre VO: The Stubble Field

Auteur: Mary Nichols

Traductrice: Liliane Gourgeon

Editeur: L'Archipel

Genre: historique, romance

Parution: 2019

Pages: 517

Prix: 8,95 €

 

résumé

En Angleterre, au milieu du XIXe siècle, Sarah Jane est embauchée comme femme de chambre chez les Chevington alors qu’elle n’a que 16 ans. Elle n’a connu que la ferme et l’orphelinat. Au château, elle découvre tout un monde qu’elle n’osait imaginer. Elle se met à lire et à rêver d’une autre vie. Pourtant, lorsqu’elle tombe amoureuse d’un mystérieux gentleman, qu’elle baptise du nom de Pâris, cette liaison qui pourrait être le début d’une merveilleuse aventure ne fait que souligner l’abîme social qui la sépare de son amant. Enceinte, Sarah Jane est chassée. Sa seule richesse : le bijou précieux que lui a offert Pâris. Sa seule arme : la volonté de prendre sa revanche.

 

note

3/5

c'était sympa

C'était sympa

 

chronique

Un grand merci à Babelio et aux éditions L'Archipel pour la découverte de ce titre qui a été une bonne lecture dans l'ensemble même si je m'attendais à vraiment adorer car je suis pourtant friande de ce genre de romans.


Nous suivons Sarah Jane pendant plusieurs années, sa vie d'orpheline à l'hospice, sa vie en tant que domestique d'une très grande famille noble, sa vie en tant que femme d'ouvrier de chemins de fer, sa vie lorsqu'elle devient patronne de boutiques-restaurants pour les moins aisés et fondatrice d'écoles pour les enfants démunis. Et sa vie est une longue succession de déboires, de malheurs et cela m'a même rappelé la pauvre Tess d'Urbervilles de Thomas Hardy. Et pourtant, Sarah Jane se relevéra toujours, cherchera toujours une solution à ses problèmes, oeuvrera pour les autres et réalisera son rêve de devenir une vraie dame de la société!


J'ai aimé le personnage de Sarah Jane, du moins son évolution tout au long du roman. Car au début, quand elle était bien jeune, elle m'a insupporté de par sa naïveté même si d'un côté, je ne peux pas lui en vouloir car elle a manqué d'une présence féminine dans sa vie pour la prévenir sur bien des plans (les hommes, la sexualité...) et aussi de par sa condition. Ce que j'ai apprécié chez elle, c'est sa volonté, son caractère, son souhait de réussir dans la vie; le fait qu'elle aime lire et écrire et qu'elle fait tout pour en faire partager les autres (en tant qu'amoureuse de la lecture, j'étais forcément touchée par cela). Ce qui m'a fortement fait grincé des dents, qui m'a agacé profondément, c'est le sexisme dans ce roman! Je ne supportais pas les arrières pensées des hommes vis-à-vis de Sarah Jane, même ceux qui étaient proches de d'elle, "bons" vis-à-vis d'elle comme Thomas et Gregory, parce que même eux ont bien profité d'elle. Quant à sa relation avec Timothée, le père de son fils Jason, c'était vraiment une relation amour/haine, une relation destructrice et je suis presque déçue de comment cela s'est terminé, j'aurais aimé une seconde chance pour eux. Je reste sur ma faim avec l'histoire du frère de Sarah Jane, Billy, j'aurais aimé voir leurs retrouvailles. Mention à Duncan qui est le seul personnage masculin qui m'a plu, qui était l'homme parfait en tout point!


L'écriture est plutôt agréable, simple, sans chichi, c'est fluide et ça se lit tout seul. Je n'ai rien à dire de plus!


En bref, ce fut une lecture sympathique dans l'ensemble bien qu'il y ait eu plusieurs couacs. Il m'a vraiment manqué d'un petit quelque chose pour adorer ma lecture alors que c'est tout à faire le genre de romans que j'adore.

masse critique

 

extraits

Pendant que la sage-femme improvisée nettoyait autour d'elle, Sarah Jane s'assit en tenant son enfant, encore stupéfaite par la merveille de sa naissance.
_ Il est à moi, n'est-ce pas? chuchota-t-elle. Il est tout à moi.
_ Tu t'en apercevras bientôt, quand il te tiendra éveillée toute la nuit parce qu'il fera ses dents, répondit la femme en riant. Et quand il commencera à marcher et à faire des bêtises, tu n'auras plus de doute!
C'était à la fois terrifiant et délicieux; ni Pâris ni Thomas ni personne à l'avenir ne le lui prendraient. Jason était à elle, sa pénitence et sa bénédiction, sa honte et sa fierté. Son fils.