Gaki, tome 1 : Les chasseurs de vent

Fiche Technique

Auteurs: M. Morandi & M. Cancellieri

Traducteur: "Roma Paris Londres"

Lettrage: Ari Lo

Editeur: Clair de Lune

Genre: BD, fantasy, steampunk

Parution: 2010

Pages: 98

Prix: 13,99 €

 

Résumé

Ce fut pendant le règne de l'impératrice Gemmei que les dieux sont descendus du ciel, portant avec eux le vent qui maudit le Japon.
Au premier souffle, le comté de Yleijo fut envahi par les flammes...
Au second souffle, les cendres s'élevèrent en un mur impénétrable, le Daikabe...
A la troisième rafale, les écritures furent effacées du Nihon Shoki et avec elles, les souvenirs des hommes.
Mais tout ne sombra dans l'oubli...
Nous les horis, gardiens de la mémoire, nous allons vous raconter cette histoire que vous avez oubliée.

 

Note

2/5

ça passe2

ça passe

 

Chronique

  C'est la couverture qui m'a d'abord attiré puis les dessins quand je l'ai feuilleté. Et il faut dire que le résumé a ensuite tôt fait de me convaincre de découvrir l'histoire. Ai-je été déçue? Oui et non.

# Spoilers [Nous sommes dans un monde où le vent dérobe les souvenirs des humains. Et deux jeunes individus (garçon et fille), Seiji et Hitaka, voyagent ensemble pour découvrir le pourquoi du comment, résoudre ce mystère car ils sont des chasseurs de vent. On apprend que Seiji est un Hori, un gardien des mémoires perdues et qu'Hitaka est une princesse. Tous deux veulent rejoindre la ville de Chizakai, que l'on dit interdite aux humains car peuplée par des esprits malveillants et autres créatures étranges depuis la nuit des temps. C'est devant la porte gardée par une créature armée et bizarre, qu'ils rencontrent une autre humaine, Hope et un chat noir bien mystérieux (qui se révèlera être plus que ce qu'on croit). Tous les quatre vont alors devoir affronter bien des dangers en entrant dans la cité interdite.
Parallèlement, on apprend que ces trois jeunes gens (Seiji, Hitaka et Hope) seraient en fait originaire de notre époque et tous trois auraient mystérieusement disparu pour se retrouver dans les temps anciens. Ce sont des agents spéciaux, des policiers qui essaient de faire lumière sur ces disparitions mystérieuses. Mais les questions qu'on se pose sur eux sont encore nombreuses: pourquoi eux? pourquoi ont-ils été enlevé? Par quelle créature?] Spoilers #

Le graphisme m'a beaucoup plu, c'était vraiment très joli, les couleurs étaient bien choisies. L'univers y jouait pour beaucoup aussi. le design des personnages m'a bluffé (bijoux, armes, costumes et autres). Je m'en suis pris plein la vue car la majorité des planches étaient sublimes. A la fin du volume, il y a toute une galerie de couvertures alternatives de toute beauté, tout pour le plaisir des yeux.

Le graphisme, c'est bien mais il faut que le scénario soit prenant. Or, c'était un peu trop complexe, c'était dur de se repérer dans l'espace temps notamment à cause des nombreux flashbacks et bonds dans le temps. J'ai trouvé que c'était un peu trop brouillon aussi. Il y avait pas mal de choses sans queue ni tête mais qui je pense auraient été expliquées et révélées dans les prochains tomes si suite il y avait eue. Mais ça n'en restait pas moins original car l'on baignait dans un univers mêlant deux époques différentes (époque du temps des samouraïs et temps modernes), une alternance de lieux et de temps, des flashback, un univers fantasy, une touche de steampunk, de la mythologie japonaise et un côté policier.

Une semi déception. Il y avait un fort potentiel. Les dessins me plaisaient mais le scénario n'était pas assez bien exploité à mon sens. Mais d'un autre côté, j'aurais apprécié découvrir la suite, curieuse au vu de la fin.

 

Extraits

"Pour continuer à vivre, il est nécessaire d'affronter les conséquences de nos propres actions en acceptant notre passé que nous devrons tôt ou tard, assumer."

 

barre_separation

 

"Chizakai n'est pas un endroit pour nous. C'est une ville interdite aux hommes depuis la nuit des temps... Seuls les esprits malins et cruels y habitent. Aucun de ceux qui ont franchi sa porte n'en est revenu, et nul n'a pu raconter ce qu'il y avait vu."

 

PlancheA_117771