Saria, tome 1, Les trois clés

Fiche Technique

Auteurs: Jean Dufaux (Scénario) & Serpireri (Dessin)

Conception graphique: Trait pour Trait

Lettrage: Philippe Marlu

Editeur: Delcourt

Genre: BD, steampunk, fantastique

Parution: 2012

Pages: 66

Prix: 15,50 €

 

Résumé

Venise. Le prince Assanti se meurt. Il confie à sa fille naturelle, Saria, un coffret contenant trois clefs qui, utilisées sur la Porte de l'Ange, donnent accès, l'une au Paradis, l'autre aux Enfers, et la troisième, au Néant. Escortée par Orlando, un fidèle serviteur, la petite fuit loin du palais et de ses dangers. Six ans plus tard, défiant le pouvoir sous le nom de la Luna, Saria se prépare à affronter son destin...

 

Note

1/5

je n'ai pas aimé

Je n'ai pas aimé

 

Chronique

 

spoilers

  J'aime beaucoup ce que fait Jean Dufaux, j'ai notamment apprécié son œuvre Barracuda mais là, grosse déception.

# Spoilers [La jeune Saria à la chevelure rousse est emmenée au chevet de son père mourant et ce dernier lui confie un coffret renfermant trois clés vraiment très importantes et spéciales, convoitées par beaucoup qui seraient prêts à tout pour mettre la main dessus. Son père lui parle de ses clés et de ce qu'elles ouvrent soit les portes de l'Enfer, du Paradis et du Néant.
Des forces mortelles et divines vont tout faire pour les récupérer et ce même si cela prend du temps comme le terrible et cruel ange Galadriel et le Doge de Venise (pas si humain que ça).
Cela fait 6 ans que Saria a survécu et gardé les clés en sûreté, aidée par l'homme de confiance de son père, Orlando (c'est très ambigu entre eux, d'ailleurs). Elle est devenue une magnifique jeune femme aimée du peuple qui l'appelle La Luna, qui risque même sa vie pour eux mais tout cela est pour attirer l'attention. Cela fonctionne car le Doge et Galadriel vont être sur ses traces. Saria va faire de terribles découvertes, ce qui la mettra en danger ainsi que ceux de son entourage comme Orlando et Ricardo (ses amants?). Le premier sera fait prisonnier après avoir voulu l'aider et le deuxième se fera exécuté.
Vers la fin du tome, le Doge et ses fidèles accueillent un mystérieux martyr venant d'Orient, Ali Muslim Orfa... Mais quel rôle aura-t-il à joué?] Spoilers #


C'est une BD vraiment très sombre, laide, violente, des plus sinistres, avec des scènes de nu en prime (qui n'avaient aucune raison d'être). C'est un mélange entre historique, fantastique et steampunk très mal dosé, pas assez exploité, je trouve.

J'ai trouvé le tout très brouillon, ça n'a pas assez d'impact, c'était parfois incompréhensible et trop complexe. J'ai complètement décroché au bout d'un moment, n'ayant plus envie de comprendre.

Un graphisme vraiment très spécial qui ne m'a pas plu du tout. Je n'accroche vraiment pas avec le travail de Serpieri. Beaucoup de traits, plein de traits partout, je ne voyais que ça et ça a desservi la BD.

Comme vous l'aurez compris, ça avait pourtant tout pour me plaire, du moins le scénario. Je ne lirai certainement pas la suite même si apparemment, il n'y a qu'un second tome.

 

Du même monde

BD: 2 tomes (série terminée)

 

 

Extraits

"Des rois, des tyrans tomberaient à tes genoux pour les posséder. Des familles ravageraient des continents entiers pour s'en emparer. L'une de ces clés peut t'emmener aux portes de l'Enfer, la deuxième au seuil du Paradis célestes, la troisième au néant. C'est la plus terrible, et j'ignore de laquelle il s'agit."

 

G_6509_01