Ekhö, monde-miroir, tome 1, New York

_ Si on est morts, on est au paradis ou en enfer ?
 _ Si c'est bien New York, c'est juste le parfait mélange des deux.

 

barre_separation

 

Fourmille: Vous... vous n'en avez pas profité, hein? Je veux dire, on n'a pas...
Yuri: Euh, non, pas pour autant que je me souvienne!
Fourmille: Parfait! De toute façon, si ça avait été le cas, vous n'auriez pas pu l'oublier! L'amour avec moi, on s'en souvient toute la vie! Et puis, j'ai pas l'habitude de me taper des vieux beaux.
Yuri: Comment ça, vieux?! J'ai même pas encore quarante ans!

 

barre_separation

 

Sigisbert: Ces choses sont trop complexes pour votre compréhension. Montez coucher ensemble.
Yuri: Coucher ensemble?!
Sigisbert: Je voulais dire: ne vous séparez pas et allez dormir!
Fourmille: Couchez ensemble! N'y songez même pas! De toute façon, vous me trouvez trop grosse, vous l'avez dit!
Yuri: Mais pas du tout!
Fourmille: Vous avez envie de coucher avec moi, alors?
Yuri: Mais non! Enfin si! Mais je veux dire... c'est pas la question.
Fourmille: Pff! Vous ne savez même pas ce que vous voulez!

 

barre_separation

 

Fourmille/Odelalie: Toujours la même chose avec vous autres les Preshauns! ça fait vingt ans que vous me pourrissez la vie!
Grace: Ah oui, tadam flash info: la petite Fourmille est parfois habitée par l'esprit de sa tante Odelalie!
Yuri: 'Y a des fantômes, en plus ici?
Sigisbert: Quoi?! La perturbation a été plus importante que prévu, alors!
Fourmille/Odelalie: Remarquez, si je les avais en moins, ces vingt ans, je me taperais bien le chippendale, là! Oh, le beau p'tit cul!
Yuri: Oh!

 

barre_separation

 

Yuri: Ne vous inquiétez pas, j'ai tout ce qu'il faut. Des bons dollars, pas des euros.
Chauffeur de taxi: Des bouts de papier qui ne valent rien. Putain, j'en étais sûr! Moi, c'est de l'or que je veux! Enfin, au moins de l'argent. Ou alors, p'têt' qu'y a moyen de s'arranger... 'faudrait que la p'tite demoiselle me montre ses roploplos, par exemple.
Fourmille: Non mais ça va pas, non?! (en le giflant violemment) Si c'est le vôtre, de rêve, il est vraiment malsain!
Yuri: Mais j'y suis pour rien, moi!