U4, Jules

Fiche Technique

Auteur: Carole Trébor

Editeur: Nathan

Collection: Syros

Genre: dystopie, jeunesse

Parution: 2015

Pages: 440

Prix: 16.90 €

 

Résumé

Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n'a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé de se propager. Le spectacle qu'il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu'il ne pourra pas tenir longtemps en autarcie. Pour affronter l'extérieur, Jules redevient le guerrier impavide qu'il était dans le jeu. Il va alors retrouver son frère aîné, qui se drogue et dont il ne peut rien attendre, puis secourir une petite fille qui a mystérieusement échappé au virus et qu'il décide de prendre sous son aile. Son seul espoir : le rendez-vous fixé par Warriors of Times.

 

Première phrase

"Cela fait dix jours que le filovirus méningé U4 (pour "Utrecht", la ville des Pays-Bas où il est apparu, et "4e" génération) accomplit ses ravages."

 

Note

3/5

C'était sympa

C'était sympa

 

Chronique

 Comme beaucoup de monde je pense, je ne pouvais pas passer à côté du phénomène jeunesse de la rentrée littéraire 2015: U4. Et j'ai d'autant été très contente d'avoir la possibilité de recevoir deux des quatre romans de cette saga, Jules et Stéphane. Alors, merci à Babelio et aux Éditions Nathan.
Le concept est vraiment très original, j'étais curieuse de voir où cela allait mener.
Une saga. Quatre romans. Quatre auteurs français. Aucun ordre précis dans le choix de la lecture des tomes. On peut très bien lire Stéphane avant Koridwen, Yannis avant Stéphane, etc...

Le virus U4 a décimé 90% de la population mondiale. Seuls quelques adolescents ont survécu. Dont des ados qui faisaient partis d'un jeu de rôle en ligne: WOT (Warriors of Time). Jules en faisait parti.

Au premier abord, on se dit: "Encore une histoire d'Apocalypse, d'épidémie mortelle., qu'il va falloir surmonter par la survie... ça va être du déjà vu." Oui et non. Il y a de l'originalité. Car bien au-delà du virus, ceux qui ont survécu se vouent une mini-guerre, ici, en plein Paris. On a donc des clash entre gangs, militaires et groupes de survivants. ça tourne tout autour de ça. Et c'est violent, dur et dangereux évidemment.
Quant aux révélations du pourquoi seulement une poignée d'ados n'ont pas été contaminé, je ne m'attendais pas à ça, j'aurais voulu quelque chose de plus élaboré et j'aurais voulu aussi une "vraie" fin, je m'attendais à tout autre chose en fait.
Et j'ai aussi noter des incohérences. C'est gros en fait à certains moments, ce n'était pas crédible à mes yeux (par exemple, quand Jules se fait torturer; dès le lendemain, il repart en vadrouille, en mission.).

Il y a une grande galerie de personnages. Et il faut retenir tous leurs surnoms afin de bien discerner qui est qui comme Jules/Le Plaqueur, Vincent/Le Soldat, Maïa/L'Apothicaire, Alicia/La Minuscule.... entre autres. Mais, je ne me suis attachée à aucun personnage récurent même Jules, c'est dire, un peu comme si j'assistais à tout en retrait; le fait qu'il y en ait plusieurs a dû jouer.
Par contre, j'étais contente de découvrir les autres personnages d'U4: Stéphane, Yannis et Koridwen qui ont fait plus qu'une petite apparition plutôt vers la fin du roman consacré à Jules. D'ailleurs, je suis surtout intriguée par Stéphane et Koridwen, les deux personnages féminins. Je ne sais pas, elles ont un petit quelque chose en plus et je suis donc pressée de les connaître mieux.

Le style d'écriture de l'auteure ne m'a pas vraiment plu. C'est trop "découpé", je veux dire que les phrases sont très courtes. Malgré cela, j'avoue que c'est moderne, il faut dire que l'histoire se passe de nos jours; que les nombreuses descriptions ont leur place ici malgré des répétitions; j'ai noté également qu'il y avait plusieurs petites références disséminées dans le texte (par exemple, Dora l'exploratrice), ce qui est fort sympathique car l'on se dit: "Hé! Je connais!" et du coup, ça nous rapproche de l'histoire.
La façon dont l'horreur est décrite est très précise. J'avais l'impression de tout voir comme si j'y étais moi-même. Et il faut dire que l'auteure y va fort en parlant de "chiens dévorant des cadavres", de "membres arrachés" par exemple. Si bien que je me suis parfois demandée si ça rentrait "vraiment" dans du jeunesse.
Le rythme du récit est très lent. D'accord, on est direct plongé dans l'histoire (quoique j'ai dû attendre une centaine de pages avant d'y être pleinement), porté par l'ambiance mais il ne se passe pas énormément de choses, du moins pas de choses grandioses.

Le livre est écrit à la première personne du singulier, c'est d'ailleurs ce que je préfère dans les romans car ça me permet de rapprocher plus du personnage principal (ce qui n'a pas été le cas ici.)
C'est écrit en gros caractères et donc ça se lit assez rapidement. Le découpage des chapitres est pas mal (date, moment de la journée).

Maintenant, je me demande à quoi m'attendre avec les autres livres. Est-ce que les moments où les quatre personnages se sont retrouvés réunis vont être repris dans chaque tome mais avec un point de vue différent? Je le suppose en tout cas.

Voilà, ce premier tome d'U4 lu a été bien sympathique, un bon divertissement malgré pas mal de choses gênantes à mon sens. Mais je reste bien curieuse de découvrir les autres romans, surtout les deux tomes consacrés à Stéphane et Koridwen.

 

Du même monde

Romans

U4

Jules - Carole Trébor

Stéphane - Vincent Villeminot

Koridwen - Yves Grevet

Yannis - Florence Hinckel

 

masse-critique-babelio