Le requiem du roi des roses, tome 1

Fiche Technique

Titre VO: Baraou No Souretsu

Auteur: Aya Kanno

Traducteur: Jean-Benoît Silvestre

Adaptateur graphique: Clair Obscur

Editeur: Ki-oon

Genre: manga, seinen

Parution: 2015

Pages: 192

Prix: 7.65 €

 

Résumé

Dès sa naissance, Richard, héritier de la prestigieuse famille d’York, est un enfant maudit. Né hermaphrodite, il est rejeté et haï par une mère qui considère sa venue au monde comme une punition du ciel. Seule lueur d’espoir dans cette enfance tourmentée, la présence d’un père qui lui voue un amour inconditionnel.
Mais la vie du jeune Richard bascule quand son père s’engage dans un conflit avec les Lancaster pour faire valoir ses droits au trône. De cette guerre des Deux-Roses va émerger un monstre politique, un tyran sanguinaire qui marquera de son empreinte l’histoire de l’Angleterre…

 

Note

3/5

C'était sympa

C'était sympa

 

Chronique

spoilers

 Tout d'abord, je tiens à remercier Babelio et les Éditions Ki-oon pour ce premier tome d'un manga vraiment intéressant.

Deux familles nobles. Les York et les Lancaster. La rose blanche et la rose rouge. Deux familles ennemies. Deux familles qui se disputent le trône d'Angleterre au XVième siècle.

Le jeune Richard se sent maudit. Maudit depuis sa naissance. Car il n'est ni homme ni femme, mais un mix des deux. Hermaphrodite.
Il est un membre éminent de la famille York, le troisième fils héritier. Il a l'affection sans faille de son père mais l'aversion totale de sa mère qui l'a en horreur. En revanche, ses deux frères et son valet ne le traitent pas différemment, chacun l'aimant à sa façon.
Son père a des prétentions pour le trône mais les Lancaster sont au pouvoir. Et les York comptent bien s'emparer de la couronne. Cela va s'étaler sur plusieurs longues années.
Pendant que Richard, le père, était parti en guerre, les garçons York devinrent de jeunes hommes. Et Richard eut le temps de voir grand, de ne se reposer que sur une seule chose: que son père chéri puisse régner, pas comme régent mais comme souverain; que lui-même devienne un membre important de l'armée royale pour lui offrir de nombreuses victoires.
Mais Richard est aussi sujet à des cauchemars récurrents et à de puissantes hallucinations, il croit voir, par exemple, une jeune femme se prétendant être Jeanne, son "reflet".
D'un autre côté, nous avons le point de vue des Lancaster et force est de constater que le roi est quelqu'un de simple, qui déteste la violence, un homme très pieu qui croit en la paix, et c'est plutôt sa femme qui règne à sa place, manipulatrice et prête à tout pour garder main mise sur l'Angleterre.
Et pendant qu'une énième confrontation a lieu entre les deux familles, l'héritier Lancaster, Edouard, un jeune homme vraiment antipathique, s'empare du château d'York et Richard, est emprisonné en compagnie de son frère et de sa mère, mère qui le traite comme s'il était un monstre. Et lors d'une fuite discrète, Richard va faire la connaissance d'un homme étrange aux belles paroles dans une clairière, qui ne le laissera pas indifférent, loin de là, un homme qui ne le prend pas pour un monstre, qui souhaite être son ami. Et quel homme! Je ne m'attendais vraiment pas à lui, à sa véritable identité et ceci aura sûrement un impact important dans le tome 2.
Le secret de Richard, par rapport à son corps, va être découvert par le jeune Lancaster; le rêve de Richard va devenir réalité, les York vont être au pouvoir; le roi abdique, se rend mais le reste de sa famille fuit; les Lancaster ne disent pas leur dernier mot; Richard va être emprisonné dans la même tour que l'ancien roi Lancaster; et le père de Richard devra choisir entre la couronne... ou la mort!

Richard m'a plu et m'a déplu par tant de traits de sa personnalité. J'ai tantôt ressenti de la pitié pour lui tantôt un peu de dégoût, de peur face à lui.
Richard a un bon fond, il n'est pas aussi froid qu'il n'y paraît au premier abord; en effet, car tout au long du tome, il aura gardé et soigné un petit marcassin albinos, lui aussi différent comme lui. Mais d'un autre côté, Richard est un peu morbide, avide de sang et de pouvoir; parfois, j'ai eu l'impression que ses paroles étaient comme ensorcelées et il m'était facile de comprendre pourquoi sa mère le traitait comme le fils du Diable. Du coup, je ne sais pas trop sur quel pied danser, je n'arrive pas à voir qui est réellement Richard et justement, cela fait de lui un être hors norme, fort intéressant.

Physiquement, en dehors du fait qu'il est hermaphrodite, Richard est vraiment très différent des autres membres de la fratrie York. Il a une chevelure noire comme l'ébène, les yeux vairons, un visage émacié et un teint maladif. En revanche, ses parents et ses frères ont une chevelure blonde claire, une apparence "normale". Je trouve ça donc très étrange mais peut-être que ce n'est que mon imagination qui me joue des tours, que ce fait n'a pas de réelle importance pour la suite.

J'ai trouvé que c'était vraiment une bonne idée d'illustrer la fameuse guerre entre les Lancaster et les York, les deux familles ayant réellement existées et s'étant disputées le trône d'Angleterre de 1455 à 1485. On a donc un côté historique avec de vrais faits réels (avec bien entendu, des inventions de la part de l'auteure) avec la dualité York/Lancaster lors de la guerre des deux roses et un côté romanesque appréciable pour la revisite, en quelque sorte, de l’œuvre de Shakespeare, Richard III.

Visuellement parlant, c'est magnifique. J'ai vraiment été séduite par le graphisme et ce n'est pas sans rappeler l'esthétisme du manga Black Butler à cause du raffinement, de la délicatesse dans le trait de crayon. (Mais ça n'a absolument rien à voir, je tiens à le préciser, j'ai juste fais un rapprochement dans le dessin. :))

L'ambiance est vraiment très sombre et pas seulement parce qu'il y a un contexte de guerre mais parce qu'il y a un certain mysticisme. Sans compter que Richard est sujet à de nombreux cauchemars et hallucinations, et du même coup, j'ai trouvé l'idée excellente d'introduire le personnage de Jeanne d'Arc, sous forme de "double" imaginaire de Richard (même si je me suis demandée ce qu'elle faisait là!). Mais elle n'est pas assez présente à mon goût, je suis restée dans le flou car on ne sait pas grand chose d'elle à part qu'elle se qualifie de "reflet" de Richard.

En bref, j'ai vraiment bien aimé ce premier tome historique mais aussi "fantastique" en un sens. Le requiem du roi des roses a un vrai potentiel et si j'en ai l'occasion, je lirais la suite avec plaisir. De plus, ce tome m'a donné envie de découvrir l’œuvre théâtrale de Shakespeare, Richard III, histoire d'en apprendre davantage sur cette période de l'histoire qui m'est encore un peu étrangère.

 

Du même monde

Manga: 3 tomes (série en cours)

 

 

masse-critique-babelio