Téméraire, tome 8, Le Sang des Tyrans

_ Je me demande, dit Laurence, pourquoi Bonaparte n'est pas sorti. Quand bien même il aurait une autre chance d'écraser leur armée, il peut difficilement espérer bénéficier d'un rapport de forces plus favorable. Se pourrait-il qu'il soit assez gravement malade?
_ Aussi plaisante que puisse paraître cette possibilité, répondit Tharkay, j'espère que vous me pardonnerez de la réfuter. Mais un homme qui vient de voir trois cents dragons ennemis apparaître sans crier gare n'a pas besoin d'être sur son lit de mort pour se découvrir un peu de prudence, fût-il Napoléon.

 

barre_separation

 

Quelque peu radouci par cette explication, Téméraire oublia vite sa vexation, et quand ils eurent terminé leur thé, Mei et lui s'éloignèrent dans les jardins, pour marcher un peu et se délasser avant de passer à la procréation proprement dite: Mei n'était peut-être pas une dragonne combattante, songea Téméraire en pensant à Iskierka, mais elle était assurément très souple et très agile, et nul n'aurait pu se plaindre de cette expérience.

 

barre_separation

 

Laurence porta sa lunette à son oeil quand ils parvinrent au-dessus de la ville, portés par une onde de chaleur cuisante, qui souleva Téméraire bien haut: une poignée de soldats russes armés de torches fonçaient à travers les rues de la ville, poursuivis par des flammes voraces; des tas de foin et de bois se dressaient à tous les carrefours, et ils les allumaient sur leur passage. Ils incendiaient leur propre ville. Napoléon ne trouverait aucun refuge à Moscou, après tout.

 

barre_separation

 

_ Tu n'as pas besoin de tenir des propos, aussi décourageants, s'insurgea Téméraire. Maximum, Lily et Iskierka n'accepteraient jamais de nous laisser s'il y avait la moindre chance que nous soyons battus: tu vois à quel point ils sont sûrs que nous allons gagner.
O'Dea secoua la tête.
_ Pour sûr; quelle pitié de voir tous ces compagnons s'embarquer, qui vont peut-être se retrouver au fond de l'océan, qui sait.
Téméraire coucha sa collerette, et observa un silence empreint de dignité jusqu'à ce qu'O'Dea fût retourné à l'intérieur, tandis qu'on mouchait les lampions; puis il demanda à Laurence:
_ Laurence, que ferons-nous si Napoléon remporte la victoire?
_ Nous mourrons de faim, répondit Laurence laconiquement.

 

barre_separation

 

_ Je vous demande pardon, l'interrompit Laurence, mais s'il vous plaît, capitaine, je vous serais reconnaissant de remonter plus loin: la dernière...
Il marqua une pause, hésitant à le formuler à voix haute, puis se jeta à l'eau:
_ La dernière chose que je me rappelle clairement date de l'an quatre.
_ Seigneur! marmonna le capitaine Granby.
C'était le capitaine de la cracheuse de feu, un officier de 29 ans; grand gaillard quelque peu cabossé, manchot, somme toute agréable, quoique d'une familiarité presque choquante et vêtu avec une ostentation stupéfiante: Laurence n'avait pas vu autant d'or sur l'amiral de la flotte.

 

barre_separation

 

Laurence se sentait étonné de l'affection de Téméraire, comme d'un cadeau qu'on lui aurait fait par surprise, sans qu'il se souvienne en qui il l'avait mérité.