Spice&Wolf, tome 1 (roman)

Il est un village où l'on dit que quand les épis de blé mûrs ondulent dans la brise, un loup court et que l'on peut discerner sa silhouette dans les champs.
Quand le vent est trop fort et les épis couchés, on dit qu'un loup les a piétinés. Quand la récolte est pauvre, on dit que le loup l'a mangée.
Plutôt jolis, ces dictons, mais un peu biaisés, selon elle.
Cela dit, de telles expressions tenaient plus du conte de bonne femme maintenant, et peu de gens les énonçaient aussi spontanément ou respectueusement qu'autrefois.
Et même si le ciel d'automne qu'on apercevait entre les épis ondulants n'avait pas changé, ce n'était pas le cas pour ceux qui vivaient dessous.
Les paysans qui s'occupaient des champs atteignaient rarement plus de soixante-dix ans.
Peut-être est-ce pour cela qu'ils ne ressentent plus le besoin d'honorer l'ancienne promesse, pensa-t-elle.
Peut-être que pour eux, ce serait pire de passer des siècles sans changement aucun.
Dans tous les cas, elle savait qu'elle n'était plus à sa place.
Les montagnes qui s'élevaient à l'est repoussaient vers le nord les nuages qui passaient au-dessus du village.
Elle songea à sa terre natale, bien au-delà de ces nuages, et soupira, détachant les yeux du ciel pour les poser sur les champs, puis sur sa magnifique queue, qui s'agitait devant son museau.
N'ayant rien de mieux à faire, elle s'en occupa.
Le ciel d'automne était haut et clair.
L'époque des moissons était revenue.
Beaucoup de loups couraient dans les champs de blé.

 

barre_separation

 

Ce qu'ils appelaient un loup avec tant d'enthousiasme n'en était du tout un, sans quoi personne n'aurait ri.
Le loup était leur dieu de la moisson et, selon la légende, il demeurait dans la dernière gerbe de blé fauchée et possédait celui qui la coupait.
_ C'est la dernière gerbe!
_ Attention en la coupant!
_ Holo n'aime pas les gens cupides!
_ Qui, qui, qui attrapera le loup?
_ C'est Yarei! Ya-rei, Ya-rei, Ya-rei!
Lawrence descendit de sa carriole et s'approcha au moment où Yarei coupait la dernière gerbe. Son visage ruisselait de sueur sous la boue et il fit un grand sourire en levant bien haut la gerbe, avant de rejeter la tête en arrière et de hurler.
_ Aoooooooooouuuuuuuuhhhhh!
_ C'est Holo! Ho-lo, Ho-lo, Ho-lo!
_ Holo le loup est ici! Holo le loup est ici!
_ Attrapez-le maintenant! Attrapez-le vite!
_ Ne le laissez pas s'échapper!
Hurlant, les hommes se mirent à pourchasser Yarei. Une fois acculé par le fauchage et la dernière gerbe de blé, le dieu des moissons abondantes possédait un humain et tentait de s'échapper. Mais s'il était capturé, il restait pour une nouvelle année.
Personne n'avait preuve de son existence, mais il s'agissait d'une tradition séculaire.

 

barre_separation

 

La jeune fille ouvrit la bouche, leva la tête vers le ciel, ferma les yeux... et hurla.
_ Aouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuhhh!
Lawrence se figea, submergé par une vague de peur. C'était ainsi que les loups appelaient leurs congénères pour la chasse. ça n'avait rien à voir avec le hurlement poussé par Yarei plus tôt. Celui-ci était bien plus réel. Lawrence en laissa tomber son morceau de bœuf et son cheval se cabra.
_ Oumph. C'est une belle lune. Tu n'aurais pas du vin? demanda-t-elle, laissant son hurlement s'évanouir dans la nuit, le menton relevé et un léger sourire aux lèvres.
L'entendre parler tira Lawrence de ses pensées. Ce qu'il avait sous les yeux n'était ni un chien ni un loup. En revanche, c'était une magnifique jeune fille qui arborait des oreilles résolument canines.
_ Non. Et qui es-tu? Pourquoi dormais-tu dans mon chariot? Allais-tu être vendue au village? T'es-tu échappée?
La jeune fille ne semblait guère s'émouvoir de son ton autoritaire.
_ Quoi, tu n'as pas de vin? Et à manger alors? Non plus? Quel dommage, déclara-t-elle, imperturbable et les narines frémissantes.

 

barre_separation

 

Lawrence ne répéta pas ses questions restées sans réponses, rendu muet par la beauté de la jeune fille nue qui se réveillait.
Ses cheveux éclairés par la lumière de la lune semblaient doux comme la soie et retombaient sur ses épaules tel un léger manteau. Ils encadraient un visage si fin qu'il surpassait les plus belles représentations de la Vierge et ses bras délicats semblaient sculptés dans la glace. Il pouvait également discerner une poitrine menue, qu'on aurait crue taillée dans du marbre. Elle dégageait une étrange sensation primale, comme si sa beauté saisissante n'était que l'écrin d'une douce chaleur. Mais un spectacle aussi fascinant pouvait tout aussi bien dégénérer.

 

barre_separation

 

_ Tu en as beaucoup mangé...
_ Les pommes sont les fruits du diable, douceurs tentantes qu'elles sont.
Lawrence ne put s'empêcher de rire.
_ Une Louve sage ne devrait-elle pas savoir résister à la tentation?
_ Bien que l'on puisse perdre beaucoup par avarice, l'abstinence n'a jamais permis d'accomplir quoi que ce soit.

 

barre_separation

 

_ Je suis un homme. Jamais je ne pourrais défigurer un si joli visage.
Holo sourit à cette réplique, comme s'il s'agissait d'un cadeau longtemps attendu, et s'assit à côté du jeune homme. Son doux parfum enveloppa Lawrence, éveillant ses sens. Indifférente à sa réaction, elle le renifla avant de reculer légèrement.
_ Même trempé, tu sens toujours aussi mauvais. Foi de loup.
_ Petite...
Lawrence fit mine de la frapper, mais elle l'évita adroitement et il n'effleura qu'une mèche de cheveux. Elle éclata de rire et pencha la tête avant de continuer.
_ Même un loup sait qu'il doit prendre soin de son pelage. Tu es bel homme, tu devrais faire plus attention à toi.

 

barre_separation

 

_ Tu as attrapé un joyau rare, Lawrence.
Holo ignora la myriade de regards plantés sur elle et marcha directement vers Jacob, entraînant Lawrence par la main.
Le fait que Jacob l'ait appelé Lawrence au lieu de Kraft le frappa. Cela signifiait que Jacob ne le traiterait plus comme un membre de la coopérative, mais comme un marchand quelconque.
_ C'est elle qui m'a attrapé, chef Tarantino.

 

barre_separation

 

_ Voici ma femme, Holo.
Lawrence avait hésité à utiliser un faux nom avant de décider que ce n'était pas nécessaire.
Holo salua son interlocuteur d'un léger signe de tête.
_ Eh bien, femme et marchande en même temps?
_ C'est une excentrique qui préfère mon chariot au village.
_ Mais quand même, vous devez vraiment tenir à elle pour la cacher sous ce manteau.
Lawrence devait reconnaître que l'homme avait du charisme; il avait peut-être été le mauvais garçon du village. On avait toujours dit à Lawrence que ce genre de propos était déplacé.
_ Mais c'est l'instinct d'un homme que de vouloir voir ce qui est caché. Dieu nous a amenés ici, vous pouvez sûrement me laisser l'admirer.
Quel insolence! pensa Lawrence. Mais avant qu'il ne puisse manifester son déplaisir, Holo prit la parole.
_ Le voyageur est le plus heureux avant de partir; le chien aboie plus qu'il ne mord et une femme est plus belle de dos. Dévoiler mon visage détruirait moult rêves, je ne puis donc le faire, répliqua-t-elle avec un doux sourire de sous sa capuche.

 

barre_separation

 

_ Es-tu un dieu? demanda-t-il avant de déglutir.
_ Non. Comme en témoigne ma patte, je ne suis qu'une louve plus imposante et plus intelligente que mes congénères. Je suis Holo la Louve sage.

 

barre_separation

 

_ Je n'avais pas pris forme humaine depuis longtemps. Ravissante, non? s'enquit-elle avec un sourire.
Lawrence ne put s'empêcher d'acquiescer tout en essayant de garder son sérieux. Cette jeune fille avait le don de le décontenancer!
_ Excepté quelques menus détails, tu sembles humaine. A moins que tu ne sois autre chose? Es-tu un chien qui s'est transformé en humain, comme dans les histoires de chevaux?
Holo se rembrunit. Elle se retourna et lui jeta un coup d’œil torve par-dessus son épaule avant de répondre.
_ Grâce à mes oreilles et ma queue, tu peux deviner que je suis une louve! Les membres de ma meute, les animaux de la forêt et les gens du village, tous m'estiment. Mais c'est l'extrémité blanche de ma queue qui est ma plus grande fierté. Mes oreilles décèlent les mensonges et anticipent les malheurs. J'ai sauvé nombre de mes amis de maints dangers. Quand les gens évoquent la Louve sage de Yoitsu, c'est de moi qu'ils parlent!

 

barre_separation

 

_ Oh, je n'ai jamais rencontré une autre Holo! Où demeure-t-elle?
A la voir mordiller son bout de viande, il était difficile d'imaginer qu'elle mente. Si elle avait vraiment passé toute sa vie enfermée, il était possible qu'elle en soit venue à croire qu'elle était réellement une divinité.
_ C'est le nom du dieu de la moisson de cette région. Es-tu un dieu?
A ces mots, elle se troubla légèrement, mais se reprit aussitôt.
_ Cela fait bien longtemps que je suis liée à cette terre et qu'on me considère comme un dieu. Mais tel n'est pas le cas. Je suis juste Holo.
Cela signifiait sans doute qu'elle avait vécu cloîtrée depuis sa naissance. Lawrence ne peut s'empêcher de ressentir un élan de sympathie.
_ Quand tu dis "bien longtemps", cela signifie que tu es née ici?
_ Oh non.
Plutôt inattendu comme réponse.
_ Je suis née très loin au Nord.
_ Au Nord?
_ Oui. Un monde argenté où les étés sont éphémères et les hivers interminables.

 

barre_separation

 

_ Je suis Holo la Louve sage de Yoïtsu. Le loup dans cette forêt n'était qu'un morveux dont la seule qualité est son sens du territoire. Je suis assez intelligente pour éviter une dispute inutile sur un sujet qui n'en vaut pas la peine.

 

barre_separation

 

_ Je pensais que si ça se passait mal, je ne pourrais plus voyager avec toi. L'idée m'était intolérable, mais je me suis fait une raison parce que j'étais persuadée qu'on savourerait bientôt une bonne soupe chaude devant une cheminée. Je suis Holo la Louve sage de Yoïtsu. Je peux pardonner l'arrogance de la jeunesse...
Lawrence regarda à nouveau les genoux couverts de boue de Holo. Si le loup de la forêt n'avait pas été un loup ordinaire qui en avait après les moutons, il ne restait qu'une possibilité: une querelle de territoire.

 

barre_separation

 

S'ils continuaient à ce rythme, ils auraient quitté la forêt au coucher du soleil. Et pour échapper au danger, ils n'avaient pas d'autre choix.
Puis ça retentit.
Ils crurent d'abord que c'était le vent quand ils virent la bruine repoussée dans le ciel par une énorme bouffée d'air, puis ils sentirent que c'était un bien étrange vent, car aucun ne vous glaçait ainsi jusqu'à l'os. Il fut immédiatement suivi d'un formidable rugissement qui fit trembler la forêt et leur coupa le souffle.
Les chevaux s'arrêtèrent. Les moutons s'arrêtèrent. Même le vaillant chien de berger s'arrêta. Le rugissement cloua tout le monde sur place. Immobiles, ils sondèrent les profondeurs de la forêt. Tout était calme. On n'entendait que le son du crachin qui s'écrasait sur le sol.

 

barre_separation

 

Holo gloussa.
_ Tu aurais dû les entendre. Ils m'ont appelée "jolie rose des jardins"! s'esclaffa-t-elle en observant les garçons fuir à toute allure.
Lawrence, lui, était loin de partager son amusement.
_ Reste loin de ce genre de garçons. Les apprentis d'artisans et d'ouvriers sont pires que des chiens affamés. Ils n'hésiteront pas à t'enlever.
_ Dans ce cas, tu n'auras qu'à venir me secourir encore une fois, n'est-ce pas?
Face à cette réponse étonnamment franche, Lawrence ne put s'empêcher de se réjouir un peu, ce qui ne l'empêcha pas de garder un air sérieux.
_ Compte sur moi, je te sauverai.
Holo ricana et se leva.
_ Même si c'est moi qui t'ai sauvé la dernière fois!
Elle l'avait bien eu.

 

barre_separation

 

_ Tu serais plus convaincante si tu ne ronflais pas.
Les traits d'Holo se durcirent.
_ Je ne ronfle pas.
_ C'est vrai que ça reste plutôt discret, admit Lawrence.
Il trouvait ses ronflements adorables, mais le froncement de sourcils de Holo s'accentua.
_ Je te dis que je ne ronfle pas!
_ D'accord, d'accord, concéda Lawrence en riant, mais Holo revint sur le siège conducteur.
_ Je ne ronfle pas!
_ D'accord! Très bien!

 

barre_separation

 

_ Aaahhhh!
Ce hurlement fut l'élément déclencheur. La plupart des assaillants lâchèrent leurs armes et s'enfuirent. Deux hommes lancèrent leurs massues sur le loup sous le coup de la terreur.
La bête tourna adroitement son museau et referma ses mâchoires sur chaque arme avant de la broyer.
C'était un dieu.
Dans le nord, le mot "dieu" désignait tout ce face à quoi l'homme était impuissant. Lawrence n'avait jamais compris cette définition _ jusqu'à cet instant. Personne ne pouvait rien face à ce loup. Rien du tout.

 

barre_separation

 

_Toujours... prononça-t-elle alors que ses longs cheveux s'agitaient, se transformant en fourrure animale.
Ses bras, visibles à travers ses manches déchirées, prenaient la forme de pattes de loup.
_ Toujours je me souviendrai que tu m'as choisie.
Elle lécha le filet de sang qui lui restait au coin de la bouche, une image qui resterait gravée dans la mémoire de Lawrence.

 

barre_separation

 

_ Holo?
Elle ne répondit pas, mais toucha le bras tendu de Lawrence.
_ ça risque de faire un peu mal. S'il te plaît, ne bouge pas.
_ Que...
Lawrence ne put articuler un autre mot avant que Holo n'enlève le bandage sur son bras gauche et ne renifle sa blessure.
Il se souvint alors brusquement de leur toute première conversation, quand il lui avait demandé de prouver qu'elle était réellement un loup. Il se rappela sa réplique nonchalante. Pour prendre sa forme de louve, elle avait besoin soit d'un peu de blé... soit de sang frais.

 

barre_separation

 

_ Lawrence, le village se souvient encore que tu nous as apporté du blé alors que nous souffrions de lourdes taxes. Nous serions tout à fait prêts à te donner la priorité à l'achat. Et nous sommes amis, non? En tant que marchand, tu peux calculer les gains et les pertes.
Ces paroles s’immiscèrent lentement dans l'esprit de Lawrence. Vendre du blé non taxé c'était comme posséder la poule aux œufs d'or. S'il acceptait l'offre de Yarei, sa fortune était faite. Quand il aurait assez économisé, il pourrait ouvrir une boutique à Pazzio. Et avec ce blé comme arme, il pourrait continuer à développer son affaire.
Ce que promettait Yarei, c'était la réalisation de tous ses rêves.
_ Je peux tout à fait calculer les gains et les pertes, confirma Lawrence.
_ Oh, Lawrence, déclara Yarei en ouvrant grand les bras et en lui faisant un grand sourire.
Holo resserra sa prise sur la chemise de Lawrence, qui utilisa ses dernières forces pour tourner la tête vers elle avant de revenir à Yarei.
_ Cependant, un marchand se doit de toujours honorer les contrats qu'il a passés.
_ Pardon?
Lawrence continua.
_ Cette étrange fille que le destin a placée sur ma route souhaite retourner chez elle, au nord. J'ai un contrat pour l'y accompagner. Et je ne peux le rompre, Yarei.

 

barre_separation

 

Si la détresse de Holo faisait naître en lui de telles réflexions, il n'était guère surprenant que celui lui donnât aussi l'envie de sécher ses larmes.
_ Mais peu importe au bout du compte. Je veux retourner dans le Nord, alors je dois partir d'une façon ou d'une autre. S'ils ne m'aiment plus, il ne me reste plus qu'à me secouer et quitter les lieux. Ce sera une séparation claire comme ça. Mais... je ne peux partir en laissant les choses comme elles sont.
Ses pleurs semblaient s'être arrêtés, mais Lawrence l'entendait toujours renifler alors même qu'il lui caressait doucement les cheveux. Il lui fit le plus grand sourire qu'il put avant de la consoler.
_ Je... non, nous sommes des marchands. Tant que nous faisons du profit, nous sommes vainqueurs. Nous rions quand l'argent rentre et pleurons quand la banqueroute menace. Et je te promets que nous rirons.

 

barre_separation

 

_ C'est parce que tu as pleuré dans ton sommeil que tu as les yeux rouges?
Lawrence s'empara d'une de ses mains et s'assit à côté d'elle. Il l'attira vers lui et l'enlaça gentiment.
_ Quand je...
_ Oui?
_ Quand... quand j'ouvre mes yeux, ils sont partis. Yue, Inti, Paro et Myuli... ils sont tous partis. Ils ne sont nulle part.
Elle parlait de son rêve. Lawrence lui caressa gentiment la tête pendant qu'elle reniflait. Ces noms devaient être ceux de ses amis loups, voire même de dieux-loups, mais il n'était pas indélicat au point de lui demander.
_ Je peux vivre des siècles. Alors je me suis dit que je pouvais partir voir le monde. J'étais sûre, tellement sûre, que je les reverrais. Mais... il n'y avait plus personne.
[...]
_ Je ne veux pas ouvrir les yeux et découvrir qu'il n'y a personne... Je suis fatiguée d'être seule. C'est froid. C'est... vide.
Lawrence resta silencieux face à pareille confession, se contentant de lui caresser la tête avec gentillesse. Sa tristesse était telle que des paroles ne serviraient à rien. De toute façon, il n'aurait pas su quoi dire.

 

barre_separation

 

_ Je suis désolé. Ce n'est pas ce que je voulais dire.
Holo ne bougeait toujours pas.
_ Tu es... comment dire... Tu n'as rien de spécial. Non, attends... Tu n'as rien de hors du commun. Ordinaire? Non, ce n'est pas ça non plus...
Lawrence s'enfonçait de plus en plus. Il voulait simplement lui dire qu'elle n'avait rien de spécial sans trouver les mots justes. Ses pensées se figèrent en voyant ses oreilles bouger discrètement. Il l'entendit ricaner discrètement, avant qu'elle ne retourne et ne lui sourit avec indulgence.
_ Arrête de bredouiller. Tu ne séduiras jamais aucune femelle de cette façon.
_ Aarrgg!

 

barre_separation

 

_ Écoute, déclara calmement Holo à Lawrence, c'est à moi de m'en occuper. Une fois qu'ils seront repartis, tu devras aussi t'éloigner.
_ Quoi? Mais pourquoi?
Toujours immobiles et les yeux rivés sur la forêt, Nora et Liebert ne semblaient pas avoir remarqué l'échange entre Lawrence et Holo, incapables de détacher les yeux de la forêt.
_ Parce que ce n'est pas un loup ordinaire qui se cache dans cette forêt. Tu comprends ce que je veux dire?
Holo se tourna lentement vers Lawrence. Son expression avait dépassé le stade du mécontentement pour atteindre celui de la rage pure, au point que Lawrence se demanda si elle n'allait pas s'en prendre aux graviers du chemin.
Elle respirait lentement, comme le ferait un démon-cheval en enfer.
_ Si je les rejoins, ils arrêteront de pourchasser les moutons. Ce n'est pas après eux qu'ils en ont.
Elle se retourna vers la forêt.
_ Je suppose que c'est l'apanage des jeunes d'être si prompts à la vantardise et emplis de fierté mal placée.

 

barre_separation

 

Lawrence: Je suis tellement heureux que tu ailles bien!
Holo: Tant que tu auras de ce blé avec toi, je ne mourrai pas.