Blue Spring Ride, tome 1

Fiche Technique

Auteur: Io Sakisaka

Traducteur: Misato Raillard

Conception graphique: Aude Charlie

Adaptation graphique: Eric Montésinos

Editeur: Kana

Genre: manga, shojo

Parution: 2013

Pages: 192

Prix: 6,85 €

 

Résumé

À son entrée au lycée, Futaba s’est transformée. Douce et féminine au collège, elle devient plus énergique et garçon manqué. La jeune fille veut changer pour ne plus être mise à l’écart par ses camarades. Mais ses nouvelles amitiés sont artificielles et Futaba va bientôt remarquer les limites de son changement de personnalité… Un jeune homme va l’aider à prendre un nouveau départ. Ce garçon ressemble étrangement à son premier amour, serait-ce lui ?

 

Première phrase

"Je n'aime pas les garçons."

 

Note

5/5

Coup de coeur2

Coup de coeur

 

Chronique

spoilers

J'ai été au feeling en empruntant ce premier tome d'un manga que je ne connaissais absolument pas. Au vu de la couverture, j'ai pensé à un shojo et je me suis dit qu'il était fait pour moi. J'ai fait fi du résumé, la couverture m'a décidé et parfois, les couvertures de livres nous permettent de faire de belles découvertes.

Futaba est une jeune fille qui, déjà au collège, n'aime pas les garçons en général mais seul un jeune homme l'interpelle: Tanaka, élève d'une classe voisine. Notre petite héroïne tombe aussitôt sous son charme et elle ne le laisse pas non plus indifférent depuis un simple jeu de groupe. Quelque chose a changé entre eux. Leurs regards s'accrochent, puis se séparent avant de se réa-tirer comme des aimants. Tout va s’effondrer lorsque par mégarde, Tanaka apprend que Futaba n'aime pas les garçons et étrangement, il disparait de l'école, de la vie de Futaba sans explication. Futaba est dévastée car ils n'ont jamais été au bout de leur possible histoire...
Trois ans plus tard, Futaba est entrée au lycée et n'a jamais oublié son premier amour (même s'il n'y a jamais rien eu entre eux). Elle a beaucoup changé, elle est plus dynamique, elle mange énormément pour dévier le regard des garçons, elle est plus sociable même si elle se force à être amie avec deux autres filles car elle n'aime plus la solitude. Elle est féminine de part son physique mais son comportement dit souvent le contraire. Elle se rapproche d'une jeune fille qui est mise à l'écart par les autres, et une future amitié se profile à l'horizon tout du long de ce premier tome. Futaba devient paranoïaque, elle croit voir Tanaka partout. L'un des professeurs lui ressemble beaucoup même s'il est plus âgé, de plus, son nom est Tanaka et un élève, Mabuchi, est son portrait craché. Involontairement, elle va se mettre à suivre ce dernier et se rendre compte des nombreuses similitudes avec son cher et tendre. Et lorsqu'elle ose enfin lui adresser la parole, il lui révèle qu'il ne s'appelle plus Tanaka mais Mabuchi, qu'il est parti à cause de problèmes familiaux. Lui aussi a énormément changé: il est plus bavard, fort taquin, tantôt chaleureux tantôt froid et distant. Ils s'avouent leurs sentiments passés mais le passé reste le passé, pour lui il n'y aura pas de retour en arrière. Malgré ses paroles de rejet, il va prendre parti pour elle, la consoler lorsque les larmes couleront même si de nombreuses discordes éclatent entre eux, notamment sur les soi-disantes amies de la jeune fille qui ne font que se moquer des autres. Futaba ne pourra s'empêcher de les remettre à leur place et les perdra du même coup. Cet état de fait va les rapprocher même si Kô (Futaba va l'appeler par son vrai prénom) reste aussi changeant que les saisons; elle va apprendre que le professeur n'est autre que le grand-frère de Kô Mabuchi (alias Tanaka) (en même temps, c'était évident étant donné leur forte ressemblance!). Kô va finir par s'excuser de sa longue absence, de ne pas avoir été à leur rendez-vous fixé il y a trois ans.
Dans les dernières pages, le prochain tome se profile. Une nouvelle année s'annonce. L'héroïne se décide à tout recommencer à zéro: se rapprocher de la jeune Makita et se lier davantage à Kô qui se retrouve comme par le plus grand des hasard dans sa classe...

Les deux personnages que sont Futaba et Tanaka/Kô m'ont vraiment tapé dans l’œil, ils sont vraiment attachants chacun à leur manière même si parfois, j'ai eu envie de secouer les deux jeunes amoureux pour les secouer un peu. Dans la première partie du manga, je les ai trouvé tellement mignons, avec cette timidité entre eux et oui, avec un cœur d’artichaut comme le mien, j'ai craqué pour cette romance adorable. Trois ans après, je les ai encore plus apprécié car ils se cherchent, ils se repoussent et ainsi de suite si bien qu'on ne sait plus sur quel pied dansait (je suppose que pour eux, c'est pareil); de plus, la fin laisse présager de très belles choses car Kô se dévoile un peu plus et rend confiante Futaba à propos de leur relation pour la suite.

Les dessins sont agréable à l’œil, il en ressort une espèce de pureté, d’innocence, ce qui est en parfait accord avec l'ambiance du manga. J'ai tout particulièrement apprécié l’esquisse des yeux et des bouches car dessinés comme cela, c'est exquis et ce ne sont pas les parties du corps humain les plus faciles à réaliser.

C'est un manga sans prétention aucune, très simple, qui se lit rapidement, qui se savoure avec une romance toute fraîche et mignonne et donc parfait lorsque l'on souhaite une lecture sans prise de tête. J'ai très envie de connaître la suite car ce premier tome, même s'il n'a rien d'extraordinaire en soi, fut une belle découverte. 

 

Du même monde

Blue Spring Ride

Manga: 9 tomes (saga en cours)

Animé: 12 épisodes

Film: Blue Spring Ride (Ao Haru Ride)  (2014)

 

Challenges

Challenge 2015, les 400 points