enclave__tome_1_4174472

_ Et si tu restais? murmura Pearl. Oh! J'aimerais tellement que tu t'installes ici, avec moi... Je suis sûre que ton père t'aurait interdit de me laisser seule!
Il y avait quelque chose qui ne sonnait pas juste, chez elle. Je ne la sentais pas du tout. Et, cette fois-ci, ce n'était pas de la jalousie. On aurait dit que la solitude l'avait rendue un peu folle...
_ Tu t'en es très bien sortie jusqu'à aujourd'hui, remarqua Del. Et je ne peux pas rester, Trèfle a besoin de moi.
Je serrais les dents. Je ne voulais pas de sa pitié! Avec Tegan à mes côtés et mes talents de Chasseuse, je m'en sortirais très bien.
_ Je n'ai fais que survivre! enchaîna-t-elle. ça ne veut pas dire que je vais bien! Je me sens tellement seule, Semyon...
_ Ne m'appelle pas comme ça! rétorqua-t-il. Semyon est mort. Je ne suis plus le même à présent. Et, pour ce qui est de Trèfle, je n'ai pas été assez clair: je refuse de vivre sans elle!
Mon cœur fit un bond dans ma poitrine.

 

 

 

Accepter l'inévitable, ce n'est pas abandonner.

 

 

 

_ Del, l'interrompis-je. Merci de m'avoir attendue. C'était vraiment risqué.
Il toucha ma joue avec tendresse:
_ Je serais toujours là pour toi, Trèfle. Et pas seulement quand les choses sont faciles. Tout le temps.
Un frisson me parcourut des pieds à la tête. Tout à coup, je me fichais que personne n'aime Del et que personne ne m'accepte à cause de lui. C'était un coéquipier parfait. Beaucoup de Chasseurs auraient suivi les ordres à la lettre et m'aurait abandonnée. Pas lui.

 

 

 

Il s'installa à mes côtés, enveloppa mes épaules avec sa couverture et laissa son bras sur mon dos. J'étais épuisée, mais pas au point de me laisser faire:
_ Tu n'as pas le droit de me toucher!
_ Détends-toi un peu. Tu as froid et tu as peur, je ne fais que te réconforter. Ne t’inquiètes pas, je ne vais pas te faire un môme dans la nuit.

 

 

 

_ Tu m'as sauvé la vie, murmura-t-il.
_ C'est mon boulot.
Même dans le noir, je sentis son regard perçant posé sur moi.
_ Soie avait raison. Tu es douée.
_ Merci, balbutiai-je.
Enfin, de la reconnaissance! C'était la plus belle chose qu'il pouvait me dire. Désormais, il ne se moquerait plus de moi. Peut-être que notre duo allait fonctionner, finalement.

 

 

Et on s'arrêta au bord du monde. Devant nous, le sol s'arrêtait net. Plus bas, au loin, un peu de terre...Puis de l'eau. Beaucoup d'eau. C'était aussi vaste que le ciel ! Les deux étendues bleues se rencontraient et s'étalaient à perte de vue. Les étoiles scintillaient et se reflétaient dans l'eau. Etait-ce bel et bien le bout du monde ?

 

 

 

Ce soir-là, il y avait quelque chose de nouveau dans le ciel. Une courbe argentée. J'enlevai mes lunettes. On aurait dit un couteau plié, splendide mais fatal, capable de couper le ciel en deux.... Plus tard, j'apprendrais son nom : lune.

 

 

 

Nous évoluions dans un monde sans vie. J'avais du mal à imaginer que, quelque part, es gens avaient de quoi faire du feu, un toit sous lequel dormir et de la nourriture à profusion. J'y croyais autant qu'à l'existence de mes jolies créatures ailées...

 

 

 

Del allait poser ses lèvres sur les miennes. Et j'en avais envie moi aussi...
Cette fois-ci, je n'hésitai pas et passai mes bras autour de son cou. Je me mis ssur la pointe des pieds et répondis à son baiser. On ne faisait plus qu'un. Il était à la fois la chaleur des flammes et la douceur de la lune.

 

 

Pour la première fois de ma vie, j'étais à la surface [...] Au -dessus de moi s'étendait une couverture noire, mouchetée de points lumineux.
Tout était gigantesque. Trop d'espace. Trop d'air. J'étais horrifiée.