journal-d-une-princesse,-tome-1---la-grande-nouvelle-48734

 

Elle dort dans des négligés à fanfreluches et à dentelle. Le genre transparent, qui donne à voir ce qu’on n’a pas envie de voir. En plus, même si elle se démaquille le soir, elle a toujours un trait d’eye liner parce qu’elle se l’est fait tatouer dans les années 80, quand elle a eu un accès de folie juste après la mort accidentelle d’une princesse (c’est ce que dit ma mère). En tout cas, ça fait bizarre de voir à son réveil une femme de son âge en déshabillé, avec un gros trait noir au dessus des paupières. A vrai dire, ça fait même peur. Plus peur que Scream I, II, III. Pas étonnant que Grand-père ait succombé à une crise cardiaque. Il s’est probablement retourné un matin dans son lit, a regardé sa femme et est tombé raide mort.

 

 

Elle n’est pas très grande, elle est plutôt ronde, elle ressemble à un carlin mais elle n’en a rien à faire de son physique. Il y a des types qui viennent tout le temps la voir au studio d’enregistrement pour lui dire qu’elle est laide en un pou. Ensuite, ils lui demandent de soulever son chemisier (Lilly a de la poitrine ; elle met du 95 C). Elle les regarde, et elle éclate de rire. Lilly n’a peur de rien.

 

 

Lilly trouve que Mr. Giannini est cool. C’est sur qu’il est cool quand on s’appelle Lilly Moscovitz et qu’on est bonne en math, comme Lilly Moscovitz. Mais il est moins cool quand on est nulle en math, comme moi. Et il est nettement moins cool quand il vous oblige à rester à l’école TOUS LES SOIRS pendant une heure pour vous faire des exercices sur la distributivité, au lieu de vous laisser sortir avec vos copains. Et il n’est pas cool non plus quand il convoque votre mère pour lui parler de vos difficultés en math, et qu’ensuite IL L’INVITE A DINER.

 

 

Ma mère sort avec mon prof de maths, je suis nulle en maths, ma meilleure amie me déteste ; j’ai quatorze ans et je ne suis encore jamais sortie avec un garçon ; je suis plate comme une limande et – ah oui, j’allais l’oublier- je viens de découvrir que j’étais la princesse de Genovia.

 

 

Elle a plissée les yeux et m'a observé de derrières ses paupières tatouées. Je suis sûre qu'elle avait envie de me tuer, mais elle ne savait sans doute pas comment s'y prendre sans faire des taches de sang sur la moquette rose.
" Tu es l'héritière de la couronne de Genovia, a-t-elle dit avec gravité. Et à la mort de mon fils, tu prendras sa place sur le trône. C'est ainsi et pas autrement."
Bigre !