Le voyage de Chihiro - tome 1 Le voyage de Chihiro - tome 2

Fiche Technique

Titre VO: Sen to Chihiro no Kamikakushi

Auteur: Hayao Miyazaki

Traducteur: Olivier Huet

Lettrage: Bakayano

Editeur: Glénat

Genre:manga, seinen

Parution: 2002

Pages: 169

Prix: 9,15 €

 

Résumé

"Le voyage de Chihiro" est le dernier né de Miyazaki, l'auteur génial de Nausicaa, Porco Rosso, Mon Voisin Totoro et Princesse Mononoké. C'est l'histoire magique, aux décors fantastiques d'une fillette de 10 ans et de ses aventures pour sauver ses parents dans le monde des esprits. Tout commence quand Chihiro déménage à contrecoeur à la campagne avec ses parents. En cours de route, la voiture s'arrête pour faire une pause près d'un étrange tunnel et, en s'y promenant, ils débouchent dans une ville déserte. Après une petite halte, Chihiro découvre horrifiée que ses parent ont été transformés en cochons et le monde dans lequel elle s'est égarée semble peuplé de spectres et de créatures de la mythologie japonaise ! Pour sauver ses parents et rester en vie dans ce monde interdit aux humains, elle va devoir travailler dans une auberge thermale réservée aux fantômes. Elle va retrouver une ancienne connaissance et déjouer le sort qui les retenait tous prisonniers. Il va lui falloir beaucoup de courage !

 

Note

3/5

C'était sympa

  C'était sympa

 

Chronique

spoilers

Tome 1

J'ai encore jeté mon dévolu sur une oeuvre d'Hayao Miyazaki. Après Princesse Mononoke que j'avais littéralement adoré, me voici à voyager en compagnie de Chihiro dans un monde mystique et étrange. Je connaissais ce manga de nom, je n'avais pas vu le film même si j'avais lu de bonnes critiques _ la majorité positive _ à son sujet si bien que je me suis lancée et je ne regrette absolument pas pour le moment.
Comme Princesse Mononoke, c'est un manga en couleur et je trouve que toutes ces couleurs _ vives et sombres _ font son charme. Les dessins, encore une fois, sont superbes, on y retrouve "la pâte" de l'auteur si reconnaissable.
Il n'y a pas beaucoup de dialogues mais les images parlent pour elles-même. On a l'impression de voir un dessin animé qui défile juste sous nos yeux. Une image va être découpée en plusieurs, prolongeant l'instant (après, est-ce que ça a vraiment un intérêt pour certaine? Je ne saurais dire... mais parfois, j'ai trouvé qu'il y en avait qui se ressemblaient beaucoup trop au point que je ne voyais presque pas la différence), créant une sorte de lenteur, de longueur. Au choix, on détaille les images une à une en prenant bien son temps, ou alors, on les survole seulement. A vous de voir. Moi, j'ai jonglé entre les deux.

Chihiro est une petite fille de 10 ans, qui doit déménager. Le plus souvent, elle est effrayée pour tout et rien (par une statue, un tunnel sombre...), cela pourrait vite devenir agaçant mais ce n'est qu'une petite fille et je peux comprendre ce qu'elle ressent.
Tout va basculer lorsque ses parents et elle vont découvrir un parc d'attractions à l'abandon et une ville déserte. Chihiro voudra rebrousser chemin à plusieurs reprises. Son instinct lui donnera raison car cet endroit n'est pas comme les autres. Pourquoi il l'est? Parce que ses parents sont transformés en cochons à la nuit tombée (après s'être goinfrés de nourriture (laissée intentionnellement, c'est sûr), il y a des créatures étranges et parlantes, toute personne qui ne travaille pas est changée en cochon (à quelle fin?), les humains ne sont pas acceptés et une sorcière (une harpie, oui) régnerait en maître sur ce monde.
Chihiro panique, court dans tous les sens quand tout semble s'animer, reprendre vie, ouvrant une porte sur un monde magique. Elle sera finalement atteinte par un mal étrange. Elle devient transparente et sans consistance comme un fantôme mais va recevoir l'aide d'un jeune garçon, Haku, qui va l'aider et lui intimer de retrouver un certain Kamajii. Le livre se termine lorsqu'elle s'engouffre dans la chaufferie, saine et sauve mais jusqu'à quand?
A suivre.

 

 

Tome 2

 On reprend là où on en était resté, c'est-à-dire au moment où la petite Chihiro pénètre dans la chaufferie. Elle va alors rencontrer Kamajii, un être étrange à six longs bras qui y travaille, aidés des Shipounes qui sont, il faut le dire, adorables (ça me rappelle un peu les Sylvains dans Princesse Mononoke, des êtres tout aussi zarbis qu'adorables). Ce passage dans la chaufferie fut très long, je trouve. Trop d'images, peu dissemblables pour vraiment le minimum-de-chez-minimum de dialogue. Chihiro va être ensuite envoyée chez Yubaba, la sorcière à l'aspect repoussant qui règne en maître sur tout ce beau petit monde. Chihiro, se montrant courageuse, va lui tenir tête en l'obligeant à la faire travailler (oui, car toute personne qui ne travaille pas est transformée en cochon), d'ailleurs, Yubaba va finir par lui céder, elle va la placer sous la responsabilité du jeune Haku et sous les ordres de Lynn la servante qui l'avait aidé à gravir les étages jusqu'à l'antre de la sorcière. On apprend que cet endroit est comme un hôtel, un retrait pour les dieux qui viennent se ressourcer. Que les cochons sont créés... eh bien... pour passer à la casserole... ce qui ne s'avère pas bon pour les parents de Chihiro! D'ailleurs, Haku va l'emmener pour qu'elle revoie ses parents.
A suivre.

Du même monde

Manga: 5 tomes (saga terminée)

Film: Le Voyage de Chihiro (2001)