Alexandre ou les rêves d'un conquérant

Fiche Technique

Auteur: Martine Laffon

Editeur: Le Livre de Poche Jeunesse

Genre:aventure, historique

Parution:  2010

Pages: 224

Prix: 5 €

 

 

Résumé

Quel destin que celui d'Alexandre le Grand ! Couronné roi de Macédoine à 20 ans, victorieux de nombreux combats, honoré comme un dieu par ses sujets, il a conquis un immense empire allant de la Grèce à l'Inde.

De son enfance jusqu'à son empoisonnement à Babylone, en passant par son ascension au pouvoir, Martine Laffon dépeint de manière romanesque une des plus grandes figures historiques de l'Antiquité.

 

Première phrase

"Ce jour-là, le vent se déchaîne, le ciel s’obscurcit et partout des éclairs strient les nuages noirs et déchirent le ciel, révélant aux sages et aux mages qu’Alexandre est né."

 

 

Challenges

Challenge 2014, Les 400 points

 

 

Note

2/5

Bof

Bof

 

 

Chronique

spoilers

L'écriture est simpliste, fluide, ça se lit tout seul. Ce livre est abordable pour les plus jeunes; j'ai d'ailleurs eu un peu l'impression de lire un conte surtout qu'il y avait quelques petites pointes de fantastique dispersées dans le récit et j'ai trouvé cela plutôt sympathique. Ce livre est bien, intéressant, instructif mais sans plus.

Ce livre retranscrit brièvement l'enfance et l'adolescence d'Alexandre puis, se base essentiellement sur la longue conquête de l'Est qui l'aura rendu célèbre. Dès le début, on pouvait percevoir l'aura de grandeur qui l'auréolait et même avant sa naissance, il était prédit qu'il serait exceptionnel et que les peuples du monde entier le connaîtraient. L'un des moments les plus importants aussi: sa rencontre avec l'un des chevaux les plus connus de l'histoire: Bucéphale l'Indomptable qui fut dompté par un tout jeune garçon, cheval fidèle qui le suivit jusqu'aux confins du monde. Alexandre, accompagné de son cheval et de ses grands amis qui lui sont fidèles,
qui l'adulent et l'aiment, s'embarquent pour une aventure des plus dangereuse et incroyable, en commençant par la Perse. Tous ses ennemis, les grands de ce monde, savaient le craindre mais n'hésitaient pas à tenter de le faire renoncer en essayant tous les stratagèmes possibles: soudoyer, espionnage, proposition de mariage, échanges etc... Mais à chaque fois, Alexandre partait au combat, en ayant au préalable, su jouer avec ses ennemis, surprenant tout le monde, autant ses ennemis que ses alliés. Sa soif de conquête était sans limite mais il savait entendre raison quand il le fallait. Il était parfois incompris et tantôt aussi changeant que l'océan. Il voulait découvrir le monde plus que la gloire et le pouvoir (il n'hésitera pas à plonger dans les profondeurs de la mer dans un caisson de verre et à voler dans une nacelle tirée par des griffons... bien sûr, je me doute bien que tout ceci est faux), si bien qu'il ne s'arrête pas à la Perse, il veut partir vers l'Asie, en Inde et ce, malgré la prédiction qui lui aura été faite selon laquelle il mourra empoisonné par ses compagnons lorsqu'il entrera dans Babylone et c'est là aussi que tout bascule. Ses compagnons et ses hommes ne souhaitent pas continuer, ils veulent retourner en Macédoine mais ne le peuvent, étant obligés de suivre leur roi. Les voyages sont d'ailleurs très difficiles et dangereux selon les contrés rencontrées. Notre héros et ses hommes vont devoir affronter une nature hostile, peuplée de créatures sauvages et terribles, parfois fabuleuses (c'est une autre petite touche fantastique). Et bien sûr, il finira par mourir empoisonné, trahis par les siens, ne laissant pas d'héritier mais restera à jamais dans les annales de l'histoire.